jeudi 7 juillet 2011

Cinoche : Transformers (3)

Dark side of the moon.

Ben oui, il est allé le voir (MAM avait du repassage et donc une bonne excuse).
Appâté par la très réussie bande-annonce du n° 3(1), le BMR a chaussé ses lunettes 3D(2) et a replongé non pas dans son enfance (les Transformers n'existaient pas t'encore) mais dans l'enfance de ses enfants (ça va, on suit ?).
Mais un peu dans son enfance à lui quand même (aïe, là ça se corse) puisque l'histoire commence en 1969, lorsque Armstrong et Aldrin(3) posent un pied sur la Lune, avec quelques images d'archives gentiment entremêlées au film.
On peut dès lors imaginer un black-out de quelques minutes au cours duquel Houston perd (du moins officiellement) le contact avec les cosmonautes, le temps que ceux-ci aillent sur la face cachée de notre lune, récupérer ... les Transformers. Rien que pour cette histoire, le film vaut le détour des grands enfants que nous voulons rester : les Transformers avaient été repérés dix ans avant et c'était pour eux que Russes et Américains se seraient fait la course à l'échalote pour aller là-haut. Savoureux !
Mais voilà, y'avait aussi des méchants chez les Transformers. Nous revoici donc à notre époque : déluge d'effets spéciaux plutôt réussis, habiles mélanges de ces transformers et des humains, etc.
Le film se tient bien tout du long.
Pas mal d'humour au second degré comme le rôle de Frances McDormand en cheftaine des services secrets et surtout, surtout, cette blonde bombe aux lèvres pulpées : Rosie Huntington-Whiteley, directement sortie de chez Victoria's Secrets et du calendrier Pirelli(4), plus blonde et plus bombe tu meurs ! Plié de rire.
Divertissement amusant, effets spatiaux plein la vue.
Et puis la nostalgie des années "Lune", aaaaah !

(1) : pas vu les deux premiers, ce qui explique peut-être qu'on fut bon public pour ce n° 3
(2) : la 3D c'est vraiment super pour ... détourer les sous-titres de la VO
(3) : ah, délicieux, Aldrin joue son propre rôle dans le film
(4) : Pirelli, Transformers, fallait pas un boudin ...


Pour celles et ceux qui aiment la tête dans les étoiles.

Aucun commentaire: