dimanche 7 août 2016

Cinoche : Genius


Chapeau !


Dans la série des biopics de facture ultra-classique qui sont à la mode en ce moment, voici Genius de Michael Grandage.
Au centre de l'histoire : Maxwell Perkins, un éditeur new-yorkais familier des écrivains difficiles, l'éditeur de F. Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway, excusez du peu.
Mais le scénario évite de se casser la figure sur ces deux monstres de la littérature et met en scène un autre écrivain : Thomas Wolfe.
Les célébrités ne sont pas dans le script mais sur l'affiche : Colin Firth (impeccable éditeur, as usual), Jude Law (un écrivain tourmenté plutôt crédible) et leurs épouses.
C'est tout.
Le film s'efface entièrement derrière son sujet : l'histoire du travail et de l'amitié entre ces deux hommes que tout oppose. Un éditeur bourgeois et coincé qui ne quitte jamais son chapeau (même en pyjama) et un écrivain bohème et débraillé qui lutte pour dompter l'hydre littéraire qui cherche à s'échapper de ses tripes à coup de milliers de pages.
Des caisses de brouillons bouillonnants apportées par l'écrivain, l'éditeur est chargé d'en tirer un livre formatté, fut-ce au prix de (trop ?) nombreuses coupes. Ce travail rend-t-il l’œuvre meilleure ou simplement différente ? Qui est le bon génie de l'autre ?
De ce script improbable qui semble écrit pour le théâtre, Grandage a tiré un film bigrement intéressant qui nous laisse entrevoir la magie du travail d'écriture, tout simplement.
Une belle histoire d'amitié également entre un éditeur maîtrisé et un écrivain débridé, possédés tous deux par la même passion littéraire, soutenus (non sans peine) par leurs épouses.
La véritable question est : Colin Firth enlèvera-t-il le chapeau qui semble le protéger de trop d'émotions ?
Un film qui donne un furieuse envie de se plonger dans l'un des pavés de Thomas Wolfe.

Ah, une petite remarque de MAM : le décor est celui de New-York en pleine crise de 1929 et dans les rues, on fait la queue devant les soupes populaires. Presque cent ans plus tard, ce sera les Restos du cœur.

Pour celles et ceux qui aiment la littérature.
D’autres avis sur Sens critique.

Aucun commentaire: