samedi 13 août 2016

Cinoche : Jason Bourne


Bourne, Jason Bourne [tout simplement]


On est fans de Jason Bourne, une saga vue et revue qui aura marqué quelques années et secouées quelques soirées.
On est fans de Paul Greengrass, le réalisateur de (outre quelques Jason Bourne ...), Captain Phillips, Vol 93 et Green Zone, trois coups de cœur, rien que ça !
Ce billet ne sera donc peut-être pas des plus objectifs ...
D'autant que cet épisode ne dépare pas la série, bien au contraire : plus besoin d'exposer les personnages ni le contexte, tout le monde connait.
Ça peut démarrer au quart de tour, moteur, oubliez la pédale de frein, ça va déménager de bout en bout, ça va cartonner jusqu'à la fin.
Greengrass enfile comme des perles, les scènes de course-poursuite et de chassé-croisé. Les jeux virtuoses de cache-cache dans la foule s'enchaînent sans faiblir comme de véritables chorégraphies.
On a pourtant déjà vu tout cela des dizaines de fois mais le maître réussit encore à nous scotcher au fauteuil.
Il ne faut pas chercher autre chose dans un Jason Bourne qu'un excellent film d'action, divertissant et particulièrement bien mené : cet épisode en est.
On peut juste noter que le décor de cet épisode 2016 se fond dans l'actualité avec la mise en scène du PDG indien d'un leader des réseaux sociaux aux prises avec la CIA. Toute ressemblance avec les démêlés d'Apple avec le FBI, ou avec Facebook, ou encore avec Satya Nadella (le PDG de Microsoft) serait purement fortuite. On prêtera une attention toute particulière à une scène d'apparence anodine : dans un café, le PDG indien de Facebook discute ferme avec Tommy Lee Jones le directeur de la CIA. Et ce dernier lui explique que la protection de la vie privée, c'est fini, parce que précisément les réseaux sociaux ont participé à rendre le monde plus dangereux et plus difficile à défendre. Un point de vue intéressant qui donne un peu de relief à une histoire des plus standards.
Vous connaissiez son nom : Bourne, Jason Bourne, mais vous apprendrez cette fois son véritable état-civil. Matt Damon renoue enfin les derniers fils de son passé torturé.
D'ailleurs les scénaristes ont pris soin de renouveler la saga pour préparer la suite : sortie des vieux méchants, entrée des nouveaux artistes (dont la ravissante Alicia Vikander déjà appréciée dans U.N.C.L.E.) et redistribution des cartes en vue de la prochaine partie.
Que l'on attend déjà avec impatience !

Pour celles et ceux qui aiment Jason Bourne.
D’autres avis sur Sens critique.

Aucun commentaire: