samedi 27 août 2016

Cinoche : Moka


La dame blonde de l'auto.


Bonne pioche dans le désert estival que ce dessert franco-suisse Moka de Frédéric Mermoud.
Une histoire un peu dans la même veine que le récent Irréprochable, mais en plus réussi.
Emmanuelle Devos est folle de douleur après la perte de son fils renversé par une auto qui a pris la fuite.
Elle se met en quête des chauffards et commence à tourner autour d'un couple, s'immiscer dans leur vie, leur entourage, leur maison, ...
Ambiance trouble et inquiétante.
Une histoire avec trois femmes (et trois hommes qui n'ont pas le beau rôle ...).
Une histoire de mal être. La douleur de la mère endeuillée qui cherche à reprendre pied grâce à sa quête de vengeance. Le mal être de la dame blonde de l'auto (Nathalie Baye) qui n'est qu'apparences (elle est esthéticienne) et dont les masques vont tomber peu à peu ... qui ne sont pas forcément ceux que l'on croyait.
Emmanuelle Devos est, comme d'habitude, excellente et tout le film tourne autour d'elle. Au point qu'elle éclipse les autres personnages.
En dépit d'une exposition rapide et bien vue et d'un dénouement un peu plus agité, le film reste un peu trop lent pour qu'on l'apprécie tout du long (ce qui laisse le temps de savourer les paysages du lac Léman !).

Pour celles et ceux qui aiment Emmanuelle Devos et les vieilles Mercedes.
D’autres avis sur Sens critique.

Aucun commentaire: