mercredi 7 septembre 2016

Cinoche : Le fils de Jean


Je pars au Québec, ne t'en fais pas ...


Ah, voici le premier coup de coeur de la rentrée ciné avec Le fils de Jean du bien connu Philippe Lioret (Je vais bien ne t'en fais pas, Welcome, ...).
Comme pour l'histoire de Lili, on retrouve ici les interrogations récurrentes du cinéaste autour de la paternité.
Mathieu, le parisien, est divorcé et peine à s'occuper de son fils.
Il apprend subitement l'identité de son propre père, jusqu'ici inconnu : Jean, un québécois, qui vient de décéder et qui aurait connu sa mère (également décédée) il y a trente ans.
Le quasi orphelin se met donc en route pour le Québec, histoire de renouer les fils et au passage de faire la connaissance des autres fils de Jean, ses deux demi-frères.
À Montréal, il rencontre le meilleur ami de Jean, qui l'avait contacté mais qui ne souhaite pas vraiment que la vérité soit révélée pour ne pas perturber la famille qui ignore tout du fils de Jean ...
Un film qui ne se résume pas mais qui est tout simplement superbe : une très très belle histoire, particulièrement bien racontée, pleine de bonnes surprises.
Un film empreint d'une infinie douceur et d'une grande tendresse pour les personnages.
Un film où deux acteurs excellents - Pierre Deladonchamps le fils et Gabriel Arcand le vieil ami de Jean - prennent toute la place et portent quelques scènes superbes de simplicité et de pudeur.
Un film grave (des choses dures se sont déroulées) mais qui reste lumineux.
Notre conseil : ne lisez plus rien d'autre sur ce film et allez le le voir sans tarder !

Pour celles et ceux qui aiment l'accent québécois.
D’autres avis sur Sens Critique.

1 commentaire:

anjie a dit…

j'ai également beaucoup aimé la finesse et la tendresse qui se dégage de ce film.