lundi 8 mars 2010

Cinoche : Nord

Snow-movie givré.

 http://carnot69.free.fr/images/polaire.gifOn connaissait le road-movie US, en voici la version polaire : Nord, le snow-movie de Rune Denstad Langlo.
On se souvient d'Une histoire vraie racontée par David Lynch où Alvin partait sur les routes américaines fièrement assis sur sa tondeuse ... et bien voici Jomar(1) qui parcourt les plaines, les forêts et les montagnes enneigées de Scandinavie sur sa motoneige.
Une sorte de cousin norvégien du finlandais Vatanen (celui du lièvre hein ! pas celui des rallyes, pfff ...).
Alors évidemment les jeux de mots sont faciles : humour blanc, film givré, comédie blizzard, ... Passons.
Jomar est en pleine déprime : ancien sportif déchu, largué par sa femme, il fait la navette (en motoneige) entre l'hôpital psy et sa cabane du remonte-pente qu'il est supposé faire fonctionner(2). Comme rien ne va plus, il finit par mettre accidentellement le feu à son chalet mais se garde bien de l'éteindre(3) : il prend ses cliques et ses claques, et enfourche sa motoneige.
Direction : le nord (Narvik : 890 km). Le nord qu'il a perdu.
Et nous voilà partis à travers les sapins, musique d'ambiance, sur les traces d'un Jomar plus préoccupé du ravitaillement en alcool qu'en essence (il finira d'ailleurs à skis !).
En chemin quelques rares rencontres dans le désert blanc, toutes plus improbables les unes que les autres, qui nous valent quelques scènes fantastiques.
Au fil des étapes et des rencontres, Jomar gagne peu à peu en sagesse et en sérénité.
Peu de mots. Un film très elliptique où chaque raccourci est l'occasion de se laisser surprendre et d'entrevoir quelques chemins de traverses. Un film sobre et lent, on dirait du cinéma asiatique !
Quelques thèmes récurrents viennent ponctuer le récit comme cette étrange fuite des parents(4).
À travers la caméra de Rune Denstad Langlo, ces quelques échantillons du peuple norvégien nous apparaissent très humains, très étranges et en tout cas pas banals.
Des pionniers du far-north, perdus dans leurs petites maisons dans la prairie ... blanche.
Un film où l'on découvre, entre autres choses, l'art de se saouler sans boire et les différentes façons de se servir d'une motoneige.

(1) : ça a l'air de se prononcer un peu comme you-mar
(2) : mais quand il va vraiment mal, les clients sont priés de se servir eux-mêmes en forfaits, en échange d'une casserole remplie de neige qu'il fera fondre pour sa tambouille ... !
(3) : il est en fait obsédé par les incendies dans les tunnels (comme celui du Mont-Blanc) qu'il regarde en boucle à la télé sur National Geographic ... !
(4) : ceux de l'adolescente qui vit avec sa grand-mère, ceux du jeune homme qui sont partis en Thaïlande, et même le vieux sâme qui part, lui aussi ...


Pour celles et ceux qui aiment le ski de fond.
Critikat en parle. Télérama aussi, et bien pour une fois (pfff, quand je relis leur critique de l'ennuyeux Sans laisser de traces !).

Aucun commentaire: