jeudi 13 mai 2021

Bouquin : Bleu calypso

[...] Le kayak avait une dérive idéale.

La voix de l'américain William Tapply nous manque depuis sa disparition en 2009 : ses doux polars dans le Maine et sa passion pour la pêche à la mouche.
Mais voilà la relève prise par ... un frenchy bien de chez nous : Charles Aubert
Ex-directeur commercial dans les assurances il a tout plaqué pour changer de vie et s'installer entre Montpellier et Sète, au bord de l'étang des Moures où il se met à écrire et ... à réparer des montres.
Premier volume : Bleu Calypso, le nom d'un appât pour la pêche sur les étangs puisque le héros, Niels Hogan, fabrique des leurres tout comme le héros de Tapply montait des mouches.
[...] J’avais pêché le saumon en Alaska, le bonefish sur les flats de Cuba, la carangue aux Bijagos, le brochet dans les lacs du Connemara. J’avais fait d’une passion un métier et j’étais devenu fabricant de leurres.
Evidemment polar oblige, Niels va découvrir un cadavre dans son étang ... et ce ne sera pas le dernier. Un serial-killer dans les étangs palavasiens ?
[...] — Ça commence à faire du monde au fond des étangs.
Non soyons sérieux, l'histoire sera sans doute plus compliquée et plus originale que cela !
Le personnage de Niels serait un peu comme un clone de l'auteur : un "décroissant" comme il le dit lui-même, rangé des voitures (enfin presque, il roule en VW 181), il s'est réfugié au bord des étangs où il vit presque en ermite.
[...] Moi, j’étais le type qui vivait en marge de la société, ivre de liberté et de soleil, celui qui s’était débarrassé de ses chaînes.
[...] Plus proche d’un misanthrope ou d’un amoureux déçu que d’un militant altermondialiste.
[...] J’étais venu me perdre dans ce coin pour trouver le calme, me mettre à l’abri de la folie du monde, pas pour jouer les James Bond en tongs.
De fait le bouquin n'est pas exempt de maladresses et ne lésine pas sur les clichés bobo. 
Mais l'ami Aubert/Niels attire forcément toute notre sympathie : en dépit des cadavres qui s'empilent, le roman est un doux polar loin de la fureur du monde, des flics ténébreux et des serial-killer effrayants. 
On va très vite s'attacher aux rencontres de Niels (un vieux voisin cuistot, une jolie fille, un copain hacker, un capitaine de gendarmerie, ...) et l'enquête menée par cette petite bande bien sympa nous entraine dans une ambiance qui rappelle un peu le Club des Cinq de notre jeunesse !
C'est gentil, frais, sympa, "local", avec juste ce qu'il faut d'auto-dérision pour ne pas se prendre trop au sérieux.
Et, une fois le fin mot de l'histoire dévoilé, on a hâte de suivre Niels dans de nouvelles aventures, d'autant qu'une amourette s'esquisse ...
[...] Avec des filles comme elle, il fallait accepter de ne pas tout comprendre. C’était comme l’eau d’un torrent qui vous filait entre les doigts. À la fin, il ne reste souvent que quelques frissons. Dans le meilleur des cas, une fugace sensation de bonheur.
On en reparle très vite avec Rouge Tango ...

Pour celles et ceux qui aiment (ou pas) la pêche.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Aucun commentaire: