dimanche 15 septembre 2019

Bouquin : Les morts de Bear Creek


[...] se demandant sur les os de qui elle était assise.

Nous voici de retour dans le Montana, le Big Skye State (l’envie d’y aller pour de vrai commence à monter sérieusement !) : prenons la canne, enfilons les waders, et repartons pêcher à la mouche aux côtés de Keith McCafferty, de son pseudo détective Sean Stranahan et du [...] Club des menteurs et monteurs de mouches de la Madison.
Après les Meurtres sur la Madison, ce second épisode nous emmène le long de Bear Creek et McCafferty réussit une fois de plus à nous intéresser à ces fameuses mouches avec même un petit résumé de l’Histoire de cette pêche, depuis une religieuse du XV° siècle [clic] !
[...] Sur une rivière, les pensées ne s’empilaient pas les unes sur les autres comme elles ont tendance à le faire sur terre. 
Mais comme si l’auteur cherchait à se renouveler , il nous entraîne ensuite dans les hauteurs pour une drôle de partie de chasse, à la mode du comte Zaroff.
[...] C’étaient des hommes âgés et malades dont la santé n’allait pas s’améliorer, il est donc possible qu’ils aient délibérément cherché une porte de sortie. Il n’est pas exclu qu’ils soient morts dans une sorte de jeu. 
Cette intrigue est beaucoup moins convaincante, et contre toute attente, on préférait les histoires de moulinets et de plumes aux couplets sur les carabines à gros gibier.
Reste la galerie de personnages toujours attachants (avec une nouvelle venue) et une belle écriture digressive où McCafferty, sacré conteur, place toutes sortes de petites histoires.
Il faudra attendre une prochaine traduction (il y a déjà 7 ou 8 huit romans, celui-ci est le second en VF) pour savoir définitivement s’il faut suivre McCafferty tout au long des rivières du Montana.


Pour celles et ceux qui aiment la pêche à la mouche et les carabines à gros gibier.
D’autres avis sur Bibliosurf.

dimanche 8 septembre 2019

Bouquin : La pension de la Via Saffi


[...] Ne jamais revenir là où l’on avait été heureux.


Valerio Varesi n’est pas un inconnu : on avait déjà découvert [clic] le commissaire Soneri dans les brumes du Pô entre Crémone et Mantoue pour un polar où venait se mêler l’Histoire passée.
Revoici le flic taiseux dans le brouillard hivernal de Parme, à quelques pas de la Pension de la via Saffi dont on retrouve la logeuse assassinée.
Le conte de Noël commence mal.
[...] Ça a l’air d’une mort naturelle », conclut Nanetti après son examen préliminaire pendant que les agents s’affairaient tout autour et que l’un d’entre eux prenait des photographies.
Soneri le fixa en mâchouillant son cigare éteint. « Ça a l’air, mais ça ne l’est pas. » 
Et l’Histoire sera de nouveau conviée : celle de l’Italie est faite de luttes entre les milices des fascistes et celles des rouges comme ces Arditi del Popolo.
[...] Ce monde trouble d’affairistes composé d’anciens révolutionnaires convertis à l’argent, d’arrivistes, de maîtres-chanteurs et de toute une faune provinciale grisée par la richesse. 
Si l’Histoire récente italienne est pour le moins agitée, c’est loin d’être le cas du commissaire Soneri qui erre dans les rues de Parme en grignotant des copeaux de fromage : hanté par ses fantômes, il finira bien par croiser la solution de l’énigme sur son chemin, au gré de ses rencontres.
[...] Plutôt que d’action, ses enquêtes étaient faites d’attente.
[...] Dans une enquête, tout était question de rythme et de temps. Et l’enquête qu’il était en train de vivre était marquée de pauses et de soubresauts, comme dans un tango. 
Loin des thrillers ou des page-turners, le héros de Varesi, proche cousin de Brunetti, se rapproche peu à peu d’un Adamsberg (en moins fantaisiste) ou d’un Erlendur (en plus chaleureux).
Et n’oubliez pas que [...] c’étaient bien les femmes qui commandaient dans cette histoire. 
Une histoire empreinte d’une nostalgie désabusée car il ne faut [...] jamais revenir là où l'on avait été heureux.

Pour celles et ceux qui aiment marcher dans les rues de Parme.
D’autres avis sur Bibliosurf.

samedi 31 août 2019

Bouquin : L'étrange voyage de Donald Crowhurst


[...] Un voyage de ce genre, touche presque à la folie.


C’est pas l’homme qui prend la mer ... dit-on.
Mais ce n’est pas non plus la mer qui a pris Donald Crowhurst, ce sont plutôt ses propres mensonges : l’une des plus grandes escroqueries du siècle dernier.
Criblé de dettes, Donald Crowhurst s’engage en octobre 68 dans la première course en solitaire et sans escale autour du monde, en espérant ainsi renflouer ses finances avec le premier prix.
[...] Je suis parti le 31 octobre, dernier jour autorisé par le règlement, et mon départ s'est effectué dans un véritable tourbillon. De ma vie, je n'avais pris la mer dans un tel état d'impréparation. J'ai appareillé sans avoir seulement pu hisser les voiles que j'avais l'intention d'utiliser, ce qui, pour un voyage de ce genre, touche presque à la folie. 
En juillet 1969, 240 jours plus tard, il se prépare à franchir la ligne d’arrivée en grand gagnant devant les autres concurrents qui approchent (Bernard Moitessier en était) ... mais Donald Crowhurst n’a pas quitté l’Atlantique où il cabotait en rond !
Avant l’invention des GPS et autres balises, équipé de sa seule radio, il aura réussi à mystifier tout le monde, à commencer par lui-même peut-être.
Mais la fin sera beaucoup plus tragique.
Ce bouquin déjà ancien est paru juste après, en 1972, et a été rédigé par deux journalistes du Sunday TimesRon Hall et Nicholas Tomalin, qui avaient couvert les événements.
C’est le résultat d’un travail scrupuleux et rigoureux autant dans la recherche des infos que dans la narration qui évite les pièges du ‘roman’ (l’histoire réelle est tellement stupéfiante qu’elle se suffit à elle-même) comme l’aridité du simple compte-rendu journalistique.
[...] Par-dessus tout, il y avait la certitude croissante que sa fraude ne passerait pas inaperçue.
[...] Pratiquement, toutes ses actions au cours de la deuxième moitié de son voyage avaient été consacrées à rendre son histoire vraisemblable. 
Tout l’intérêt du bouquin et de la remarquable enquête des journalistes tient dans la personnalité complexe de l’étrange Donald Crowhurst : ce n’est pas un vulgaire escroc (il n’avait pas pris la mer avec l’idée de tricher), ce n’est pas non plus un simple barjot mythomane.
Et puis il y a la véritable prouesse nautique qui aura consisté à inventer une course plausible et à en rendre compte semaine après semaine sans se fourvoyer ni se contredire !
[...] Sa fraude est, à beaucoup d'égards, la réalisation technique la plus extraordinaire de tout le voyage. 
Avec les deux journalistes, on accompagne au quotidien Donald Crowhurst qui, de petits mensonges en grosses vantardises, s’enfonce peu à peu dans les profondeurs de ce qui finira par devenir une véritable folie. Jusqu’à sa fin tragique. Stupéfiant.
[...] Il aura été écrasé par les pressions accumulées de la situation cauchemardesque dans laquelle il se trouvait, par la solitude, par un environnement hostile, l'effort épuisant que réclamait son mensonge.
[...] Ce qui précipita finalement la folie de Crowhurst, nous ne le savons pas de façon sûre. 
Dommage que la fin de ce bouquin, mi-enquête journalistique, mi-roman d’aventures, soit plombée par quelques chapitres que l’on feuillette rapidement : les deux auteurs se sont laissés embarqués dans une exégèse des textes mystiques écrits par le navigateur solitaire pendant les derniers jours de son périple ...
Cette histoire extraordinaire aura paradoxalement donné quelques films très ordinaires : Les quarantièmes rugissants (1982 de Christian de Challonge avec Jacques Perrin), Deep Water en 2006 et plus récemment Le jour de mon retour (ou Mercy de l’anglais James Marsh en 2018 avec Colin Firth).
Isabelle Autissier a également écrit un roman librement inspiré de cette étonnante histoire.
La Golden Globe vient de fêter ses cinquante ans et se pratique toujours avec des voiliers à l’ancienne.

Pour celles et ceux qui aiment les navigateurs solitaires, même un peu fous.
D’autres avis sur Babelio.

mercredi 21 août 2019

Bouquin : Little America


[...] L'histoire est ce dont on choisit de se souvenir.


On dirait un John Le Carré qui se serait pris d’empathie pour ses personnages.
[...] Nous jouions à un jeu. Le jeu s’appelait Espion. Mon père et moi étions un agent et son officier traitant. Il devait me faire passer un message. Ma mère appartenait au contre-espionnage. Si elle nous attrapait en train de nous passer la missive, elle gagnait. Sinon, on gagnait. On gagnait toujours. Mon père gagnait toujours.
Little America de Henry Bromell, c’est une sorte d’autofiction, de vraie-fausse autobiographie : l’auteur se met lui-même en scène, écrivain/historien, à la recherche du passé de son père, espion de la CIA au Moyen-Orient dans les années 50 (le véritable père de Bromell fut effectivement un agent de la CIA au Moyen-Orient).
[...] - Vous travailliez pour la CIA, Renee. C’est plutôt cool.
- Pas un truc à crier sur les toits, à l’heure actuelle. C’est comme dire qu’on travaillait pour les SS ou un truc comme ça. Renverser des gouvernements de péquenauds innocents et heureux, assassiner des petits saints socialistes bien intentionnés non alignés, …
L’une des réussites du bouquin est l’entrelacement finement tissé entre les questions présentes du fils au père retraité à Boston et les tentatives de reconstitution du passé des fifties dans un petit pays arabe imaginaire, entre Irak et Syrie.
Phrase après phrase, tout cela s’entremêle de façon subtile sans que le lecteur s’y perde. Remarquable.
L’autre intérêt bien sûr, c’est de se voir expliquer la naissance des profonds courants qui façonneront le monde jusqu’à aujourd’hui : le socialisme du parti Baas, le panarabisme des frères musulmans, l’ascension égyptienne de Nasser, et la paranoïa des américains apeurés de voir s’étendre au Moyen-Orient l’effet domino déjà en oeuvre en Asie du Sud-Est, craignant que les communistes parviennent à conquérir le Monde.
Et puis il y a ce ton ironique et désabusé, so british, même si l’on a affaire à une famille 100% US (qui, certes, avait pris le relais des anglais dévastés par la seconde guerre) :
[...] Quarante mille volumes de littérature grecque classique disparurent quand l'arsenal annexe de la grande bibliothèque d'Alexandrie brûla complètement en 41 av. J.-C. Qui sait ce qui fut perdu? Les véritables chefs-d'oeuvre, si ça se trouve. Sophocle était peut-être un dramaturge mineur, Platon un philosophe quelconque et de second plan. 
De l’espionnage et de l’Histoire, de la famille et de la nostalgie, de la belle écriture, un assassinat et même peut-être une histoire d’amour comme ténu fil rouge : savoureux cocktail.
Henry Bromell est récemment décédé en 2013 : il commençait tout juste à être reconnu, avec ce roman et sa contribution au scénario de la série Homeland.
 [...] L'histoire est ce dont on choisit de se souvenir.

Pour celles et ceux qui aiment les espions.
D’autres avis sur Bibliosurf.

mercredi 14 août 2019

Bouquin : Telstar


[...] Les crimes seront donc impunis, c’est ça ?


On avait beaucoup aimé l’évocation de l’Algérie des années 90 par Frédéric Paulin, de même que la fiction politico-thriller de Stéphane Keller qui revisitait celle des années 60 et l’assassinat de Kennedy.
Nous voici repartis avec Telstar et Stéphane Keller, là où tout a commencé : 1956-1957, au cœur de la Bataille d’Alger.
Peut-être à la lumière tremblotante des événements d’aujourd’hui, cette sombre période semble s’éclairer de nouveau après des années de black-out.
Fin 1956, réveillon sous tension, Massu et Bigeard viennent de débarquer, mal remis des reculades de 40, de Dien Bien Phu et tout récemment de l’humiliation du canal de Suez.
Nous voici en plein dans une sale guerre.
[...] Des innocents étaient embarqués afin d’être interrogés. Fébriles, craintifs, ils fouilleraient dans leur mémoire et donneraient un nom, une date, un renseignement précieux.
Les américains sont là également, bien décidés à profiter au maximum de cette leçon grandeur nature de guérilla insurrectionnelle, ça pourra servir.
Et ils ne sont pas avares de bons conseils, fort de leur expérience d’esclavagistes et des guerres indiennes.
[...] – Combien y’avait-il d’Arabes, en terre algérienne, quand vos troupes ont débarqué ?
– Trois millions.
 – Combien sont-ils à présent ?
 – Dix ! Dix millions. Hollyman se mit à rire.
 – Et voilà tout le problème. Au lieu de les rejeter vers le désert, au lieu de les pourchasser, de les affamer, de les exterminer méthodiquement, sans pitié, sans que quiconque s’en mêle, ce que le siècle dernier permettait encore, vous les avez humiliés mais laissés en vie, pire, vous les avez aidés à proliférer.
Quelle erreur funeste ! Croyez-en un descendant d’esclavagiste comme moi.
Mais voilà, il est trop tard désormais. Ils vont vous submerger et le monde entier les approuvera. 
La prose de S. Keller est toujours aussi fluide et agréable à lire, mêlant le plaisir des petites histoires et l’intérêt de la grande Histoire.
Finalement il n’est pas inintéressant de faire ce chemin inverse (l’intrigue se déroule en 1957 AVANT celle du bouquin qu’on avait déjà lu) qui permet de découvrir l’origine des personnages du second épisode.
Avec ces deux bouquins, on reste tout de même un peu sur notre faim : Rouge parallèle laissait rapidement de côté le contexte franco-algérien pour fuir du côté de Dallas et Telstar se complaît ici dans la petite histoire du serial-killer alors qu’on aurait aimé un éclairage plus soutenu de la grande Histoire d’Alger.
Ces deux romans sont de bons polars mais ont du mal à incarner vraiment le contexte historique qu'ils revendiquent.


Pour celles et ceux qui aiment les histoires avec de l'Histoire dedans.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : Surtensions


[...] C’est une histoire qui a plusieurs commencements.

On se fait une petite série Norek ?
Après Code 93 puis le tout récent Surface, retour sur un bouquin précédent : Surtensions de notre écrivain-flic toulousain Olivier Norek qui poursuit son sans faute et nous donne quelques très bons polars, très pros.
Nous revoici donc avec l’inspecteur Coste au fin fond du 9-3.
Plusieurs histoires se nouent ici et là, un braquage, une évasion, un pédophile, sans que l’on comprenne encore comment les fils savamment tissés par l’auteur vont finalement se nouer.
[...] Toujours aucune connexion entre toutes ces infractions. Un pédophile, un incendiaire, un braqueur et un assassin. Si on les fait rentrer dans un bar, on a le début d’une mauvaise histoire drôle.
[...] C’est une histoire qui a plusieurs commencements, dit-il. 
Mais à peine arrivé à mi-course, le lecteur malin devine que tout cela va se télescoper et s’enchevêtrer dans un foutu chaos et que rien ne va se dérouler comme prévu.
 Et comme on connait maintenant Norek, ça promet ...
[...] – Tu t’es toujours trop attaché aux victimes, mais jusqu’ici tu savais laisser tout ça au bureau.
 – Y a plus de place. Ça déborde.
[...] Dans le couloir, Johanna remarqua l’état de tension de son chef.
 – Ça va toi ?
 – Impeccable, trancha-t-il.
 – Alors desserre les mâchoires, tu vas te péter une dent. 
Visiblement avec cet épisode, Norek solde ses comptes avec la région parisienne et l’inspecteur Coste et entend bien passer à autre chose ensuite : ce sera la virée provinciale de Surface.
[...] C’est marrant comme tu les vois pas, les moments où tu devrais fermer ta gueule. 
On notera dans la première partie du bouquin quelques passages difficiles dans l’enfer d’une prison de la région parisienne (une prison fictive dans le roman mais qui pourrait bien ressembler à Fleury-Mérogis qui est effectivement le plus grand centre pénitentiaire d’Europe). Brrrr.


Pour celles et ceux qui aiment les flics de banlieue.
D'autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : Surface


[...] Vous avez été une vraie bombe à fragmentation, capitaine.


Après seulement quelques petites années, notre auteur national de polars a désormais atteint le haut de l’étagère et son éditeur assure le marketing.
Après le Code 93 qui nous avait bien plu et d’autres qu’on n’a pas (encore) lus, on retrouve ici l’ancien flic Olivier Norek avec Surface.
Ça commence vite et fort. De son écriture toujours sèche et claquante, Norek prend ici un malin plaisir à esquinter sa jolie fliquette : page 2, la descente chez un dealer parisien tourne mal, et Noémie Chastain se prend un coup de flingue en pleine tronche.
Elle rejoint les rangs des gueules cassées.
[...] Je me suis pris une décharge de fusil de chasse en pleine gueule. J’ai passé un mois au garage. 
Défigurée, rafistolée, blessée en surface comme en-dedans, l’ex-jolie fille est prise en charge par les mêmes psychiatres qui s’occupent de nos soldats de retour du Moyen-Orient.
Les collègues et la hiérarchie du 36 voit d’un mauvais œil (oops ...) le retour de son portrait Picasso qui rappelle à tout le monde les dangers du métier : Noémie se retrouve donc parachutée dans une province reculée (la région natale de l’auteur).
[...] Pardon, mais on vous envoie où déjà ?
 – Decazeville, dans l’Aveyron.
 – L’Aveyron ? Ah oui. Quand même. 
Furax, bouillonnante, la fliquette vit mal son exil. La parisienne hyper speedée vient déranger la tranquillité de ses nouveaux collègues et des eaux du lac. Même si le style est différent, on pense parfois (notabilité pas toujours respectable et racisme pas toujours ordinaire) au Priam Monet de Laurent Guillaume : peut-être la naissance d’un nouveau genre littéraire, un province-writing qui serait à l’hexagone ce que le nature-writing est aux électeurs de Trump.
Mais les eaux du lac de barrage à l’apparence tranquille cachent des secrets qui ne vont pas tarder à remonter à la surface : des cadavres d’enfants dans des fûts (Norek n’y va jamais avec le dos de la main morte).
Le visage abîmé et l’âme cassée, Noémie Chastain va remuer la surface tranquille du petit village, tout chambouler et tout remuer, les eaux du lac comme la terre du cimetière.
[...] Les disparus d’Avalone ont été la toute première enquête sérieuse de ma carrière, dit-il songeur. Et ils seront la dernière. Vous avez été une vraie bombe à fragmentation, capitaine.
[...] Une petite frimousse passa par l’embrasure de la porte.
 – Qu’est-ce qui se passe, No ?
 – Je suis désolée, Lily. Je suis désolée.
Encore un polar agréable à lire, bien prenant, très pro, à rajouter au compteur du lieutenant Norek.


Pour celles et ceux qui aiment la province.
D'autres avis sur Bibliosurf.

vendredi 19 juillet 2019

Bouquin : Toute une vie et un soir


[...] Cinq toasts, cinq personnes, cinq souvenirs.

Voilà une bonne et douce lecture qui coule toute seule comme une pinte de bonne bière accompagnée d’un verre de whisky.
Maurice Hannigan est venu accouder ses 84 ans au bar du Rainsford House Hotel.
Il commandera cinq verres et portera tout seul cinq toasts aux cinq compagnons de sa longue vie : son frère, sa femme, sa belle sœur, ses deux enfants.
[...] Je suis prêt pour le premier de mes cinq toasts : cinq toasts, cinq personnes, cinq souvenirs. Je pousse vers elle ma bouteille vide.
Cinq occasions de nous raconter toute une vie en un soir, la vie irlandaise de ce fils de maquignon qui commença les pieds dans la boue des étables et finit riche propriétaire.
Sans effets ni esbroufe, la lecture coule agréablement et, comme un client attablé derrière ce vieux bonhomme qui parlerait tout seul au bar, on écoute Monsieur Hannigan nous raconter sa vie.
[...] Monsieur Hannigan, ce n’est pas en buvant que vous surmonterez votre deuil. »
Qu’est-ce qu’il en connaît du deuil, tu peux me le dire ? Il sort à peine des couches-culottes, ce petit con ! 
Au fil des chapitres en guise de MacGuffin, reviendra régulièrement l’histoire étrange d’une pièce d’or mystérieuse, un souverain d’or frappé pour Edouard VIII dans les années 30.
Et pour faire glisser les pintes de bière, l’auteure irlandaise Anne Griffin, nous maintient en haleine avec un faux suspense car il est bien clair que Maurice Hannigan manigance quelque chose pour cette soirée pas comme les autres ...
Une bonne et agréable lecture sans prise de tête.

Pour celles et ceux qui aiment la bière et le whisky.
D'autres avis sur Bibliosurf.

jeudi 18 juillet 2019

Bouquin : Une confession


[...] L’enquête la plus absurde qu’on puisse imaginer.


Curieux livre que cette Confession (Cul-de-sac en VO) de l’anglais John Wainwright, bouquin écrit dans les années 80, salué à l’époque par George Simenon, mais traduit en français seulement aujourd’hui.
L’auteur est également celui d’un autre polar : À table qui a donné le fameux Garde à vue au cinoche.
Mais qu’on ne s’y trompe pas : l’auteur (décédé en 1995) a beau avoir une tête d’Hercule Poirot et le bouquin dater du siècle dernier, l’écriture est suffisamment ‘moderne’ pour passer facilement aujoud’hui.
Curieux livre également que ce polar peut-être sans crime et en tout cas sans arme : le couple sans âme de John et Maude, la cinquantaine vieillissante, n’en finit plus de s’éteindre.
[...] D’après ce que je sais, les mariages des autres ressemblent au mien. Les deux parties gardent soigneusement pour elles (comme nous) leurs querelles. Des disputes dissimulées. Des humiliations cachées. En apparence, les autres sont heureux. Moyennement heureux. Tout du moins, ils ne s’affichent pas ouvertement comme malheureux. 
Au cours d’une de leurs rares balades, Maude dégringole en bas de la falaise.
L’affaire de cette mauvaise chute est rapidement classée.
 Sauf qu’un témoin se réveille un peu plus tard, un peu trop tard, pour annoncer qu’il aurait vu ce jour-là John pousser sa femme ...
Evidemment le mari est toujours le premier suspect, air connu, c’est évident. Tellement évident justement que le lecteur se demande bien où Wainwright veut l’emmener ...
Convaincu d’avoir à faire à un crime quasi-parfait avec une vraie victime et un véritable assassin, un flic opiniâtre et tenace (un conseil : éviter sa région si vous passez en Angleterre) va s’attacher à remonter le fil (le journal intime de John, les interviews de ses (rares) proches, ...) pour apporter la preuve de la culpabilité de John. Pas si simple.
[...] Les meurtres « tranquilles »… qui pourraient tout aussi bien ne pas en être. Formuler une hypothèse. Choisir qui croire. Puis, à tort ou à raison, dérouler l’hypothèse jusqu’à sa conclusion irréfutable. Identifier le meurtrier, puis poser des questions à son sujet. Le connaître avant de le rencontrer. Son caractère, ses forces, ses faiblesses. De la patience. La patience du vrai bon boulot de la police judiciaire. Ne pas se lasser. Ne jamais s’estimer satisfait. 
On peut reprocher à ce polar ‘psychologique’ quelques longueurs dans les pages du journal intime de John, quelques répétitions dans les atermoiements du témoin ou les mauvaises humeurs du flic, un usage immodéré des italiques pour souligner certains mots, mais l’intrigue est suffisamment inhabituelle et l’écriture plaisante pour que l’on recommande vivement cette bonne lecture.
Et puis la grande scène finale, ah ! Quel art du dialogue entre les cinq personnages réunis autour de la table ! Quand tous les fils tissés tout au long des pages viennent se nouer en quelques pages à haute densité, c’est magique.
[...] Les tactiques d’interrogatoire n’avaient aucun secret pour Tallboy. Il les avait pratiquées des centaines de fois. Mais jamais de la sorte.
[...] Tallboy se rendait compte qu’il assistait à quelque chose qui se rapprochait de la magie. Cette histoire. Ça allait dans le mille chaque fois. Mais comment ? 
À savourer comme un bon whisky.
[...] Je connais la fin. Quelqu’un doit la raconter. Soit vous, soit moi. Je suis beau joueur, je vous laisse le choix. 
Allez, on est beau joueur également : on vous laisse la découvrir !



Pour celles et ceux qui aiment les interrogatoires.
D’autres avis sur Bibliosurf.

samedi 6 juillet 2019

Bouquin : Manuel à l'usage des femmes de chambre


[...] – Ta mère va encore se suicider.


Avec sa gueule d’ange à la Grace Kelly, l’américaine Lucia Brown Berlin est une auteure bien mystérieuse : pratiquement inconnue de son vivant (elle nous a quitté en 2004 à 70 ans), elle n’écrivait que de très très courtes nouvelles et il n’existe pratiquement qu’un seul (gros) recueil posthume au titre énigmatique : Manuel à l’usage des femmes de chambre.
Ajoutons à cela une vie bien remplie : trois fois mariée, quatre fois maman, née dans les mines d’Alaska, enfant solitaire au Texas, jeune femme riche au Chili, artiste bohème à New-York, infirmière aux urgences d’Oakland, alcoolique en désintoxe, entre autres vies ...
Le bouquin aurait pu s’intituler Les vies multiples de Lucia Brown Berlin, en clin d’œil à William Boyd.
Tout cela fait de son bouquin, un ouvrage culte propre à nourrir tous les mythes.
Toutes ces petites nouvelles se conjuguent d’un JE puissant dont l’usage s’est un peu perdu aujourd’hui et sous son apparente légèreté, la plume très autobiographique de Lucia Berlin est assurément d’une certaine gravité : la solitude, l’alcoolisme, la vieillesse, la maladie.
[...] Code Bleu. Bon, tout le monde aime bien. C’est quand le patient va mourir – son cœur lâche, il cesse de respirer – mais l’équipe de réanimation arrive parfois – souvent – à le ressusciter. Même si c’est un octogénaire fatigué on ne peut manquer d’être captivé par le suspense, ne fût-ce que provisoirement. 
Toutes ces courtes nouvelles se répondent et se font l’écho des mille et une vies de Lucia, et chacun y piochera selon son humeur du moment.
[...] Je suis heureuse. Quand je me réveille le matin, j’ai mal aux joues à force de sourire.

Pour celles et ceux qui aiment les femmes (et l'alcool un peu aussi).
D’autres avis sur Bibliosurf.

dimanche 16 juin 2019

Bouquin : La souplesse des os


[...] – Tu es un vrai pote, Mitch.


Quelques très bonnes nouvelles venues, non pas des étoiles mais presque : de la Kootenay Valley en Colombie-Britannique, l’ouest pluvieux et montagneux du Canada, près de Vancouver.
Avec La souplesse des os, voici de très courtes tranches de vie, des instants volés au temps qui passe où l’on croise des fils, des pères, souffrants de fêlures et de cassures : on ignore tout de leur passé, on ne découvrira qu’à peine leur devenir mais on aura l’impression de n’avoir qu’à tendre la main pour les toucher tellement Dave W. Wilson sait nous les rendre vivants et attachants.
[...] Kelly se pelotonna contre lui. La chaleur qui émanait d’elle se diffusa dans son dos ; le corps humain produit autant d’énergie qu’une ampoule de cent watts. Ray laissa la nuit remplir son office. Des orteils Kelly repoussa doucement ses pieds et plus tard, noua ses doigts aux siens. Il resta sans broncher. Sans frissonner, même. Remettant ses problèmes à plus tard.
C’est vraiment de la belle ouvrage et les nouvelles baignent dans une unité de ton et de lieu (Invermere est une toute petite bourgade) unité qui fait qu’on rencontre les mêmes personnages d’un épisode à l’autre, qu’on croise les mêmes objets (les T-shirts, les mugs, ...) : c’est qu’on est drôlement bien en compagnie de la famille et des potes de l’ami Wilson.
[...] Si le café était chaud, s’il restait chaud, il aurait une raison de ne pas quitter la table, et ils pourraient jouer leur rôle de fils et de père, le temps de quelques inspirations encore.
[...] Assis côte à côte sur des tourets, les épaules voûtées et les poignets sur les cuisses, les coudes largement écartés et les genoux qui se cognaient presque. La mine réjouie de deux types qui n’ont aucune raison de ne pas sourire.

Pour celles et ceux qui aiment les relations père/fils.
D’autres avis sur Bibliosurf.

samedi 8 juin 2019

Bouquin : De bonnes raisons de mourir


[...] – C’est vraiment le pire endroit où mourir.


Il y a pas mal de bonnes raisons de lire ce très bon polar De bonnes raisons de mourir du breton Morgan Audic, qui est fasciné comme nous tous par cet événement si proche et si redouté dont, plus de trente ans après, on explore toujours les traces gravées durablement dans les esprits de tous et les chairs de quelques uns.
Après la BD reportage (Un printemps à Tchernobyl), après le roman journalistique (La Supplication), après l'introspection autobiographie (86 année blanche), voici donc le polar.
Tous ouvrages très remarquables, à la hauteur de la gravité des lieux et des événements.
Comme il est d’usage au rayon polar, tout commence par un cadavre : celui d’un fils de notable russe, torturé et mutilé, accroché sur la façade d’un immeuble de Pripiat, la ville désertée près de la centrale.
Un meurtre qui semble faire écho à un cold case non élucidé qui se serait déroulé trente ans plus tôt, le jour même de l’explosion.
[...] Pripiat, une ville fantôme abandonnée depuis 1986 à cause de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. 
Morgan Audic nous évite de justesse le polar dépliant touristique, façon Tchernobyl comme si vous y étiez, et réussit à placer la barre assez haut.
L’un des chapitres s’intitule d’ailleurs ‘Nouvelles de la fin de monde’.
Le décor est planté : bien sûr la fin de l’innocence nucléaire (un hiver nucléaire que certains croyaient réservé à l’impéritie communiste jusqu’à ce que les insoupçonnables nippons soient également rattrapés à Fukushima), la fin du monde soviétique (Pripiat n’est plus en URSS), la fin même de cette Ukraine dont les sécessionnistes pro-russes grignotent la région du Donbass (à Donetsk nous sommes en pleine guerre civile), et la fin tout court pour quelques uns des personnages dont les derniers jours s’écoulent au rythme trop rapide du crépitement des compteurs Geiger.
[...] Les gens veulent croire que c’est du passé, Tchernobyl. Mais toutes les victimes de la catastrophe ne sont pas nées. 
La première partie du bouquin laisse se développer lentement mais sûrement une intrigue policière solide mais Audic enchaînera ensuite les twists rocambolesques et les coups de théâtre avec un peu trop de facilité.
Un auteur (français !) à suivre de près et surtout un documentaire passionnant à lire au moment même où les autorités françaises élargissent le périmètre de sécurité [clic] autour de nos centrales.

On peut aussi découvrir Slavutitch, la ville surréaliste construite après l’explosion, à quelques dizaines de kilomètres de là, avec ce petit article de Libé.

Pour celles et ceux qui aiment se faire peur.
D’autres avis sur Bibliosurf.