mardi 13 septembre 2022

Bouquin : La chambre du fils

[...] Cette enquête s'annonçait d'un autre niveau.

Décidément, c'est toujours un grand plaisir que de retrouver le norvégien Jørn Lier Horst, son écriture fluide et agréable, ses intrigues pas trop stressantes et ses personnages devenus familiers, le flic William Wisting et sa fille journaliste Line.
Au fil des épisodes, cet auteur fait preuve d'une belle régularité.
D'autant que cette fois il s'écarte un peu de ses sentiers habituels puisque il a décidé de nous emmener dans les coulisses du pouvoir politique norvégien : une figure importante du parti travailliste vient de décéder de manière on ne peut plus naturelle mais on retrouve dans son chalet d'été (ah les fameux chalets !) une très grosse somme d'argent, plusieurs millions d'euros et de dollars.
[...] — Cinq millions d'euros et cinq millions de dollars, rectifia-t-il. Wisting essaya de faire le calcul dans sa tête. Le total devait avoisiner les quatre-vingts millions de couronnes norvégiennes. 
— D'où viennent-ils ? demanda-t-il.
S'agit-il d'une malversation, de profits illicites, d'une caisse noire de l'état destinée à payer d'éventuelles rançons ?
En secret, le procureur général de Norvège missionne Wisting pour une enquête très discrète.
Comme à leur habitude, Horst et son héros avancent à petits pas dans un lent travail d'enquête pour reconstituer un puzzle, où comme chacun sait, il faut d'abord trier les pièces.
[...] — Décidément, dans cette affaire, les théories partent dans toutes les directions, dit-il. Cette piste est peut-être la plus concrète que nous ayons jusqu'ici, mais c'est complètement illogique.
[...] L'enquête ne progressait pas aussi rapidement qu'il l'aurait souhaité. Chaque tâche leur demandait du temps, et il en arrivait de nouvelles en permanence.
[...] — Une discrétion extrême est de mise, car il aurait pu être question de puissances étrangères ayant tenté d'influencer la politique norvégienne.
[...] L'affaire commençait enfin à se dénouer. La taupe, c'était toujours le maillon faible.
Le récit de Horst fait preuve d'une grande régularité de ton et de rythme, tout au long de l'enquête.
La recette du cuistot norvégien a fait ses preuves tout au long des épisodes précédents de la série mais cette fois, Horst ajoute quelques épices à la sauce : une incursion dans les coulisses du pouvoir, on l'a dit, et une équipe d'enquêteurs ad hoc montée en grand secret (discrétion oblige) sous le commandement de l'inspecteur Wisting.
Tout cela fait sans doute de cet épisode le plus réussi de la série (déjà de très bonne tenue) et justifie le coup de cœur épinglé pour ce roman, et l'ensemble de son œuvre comme on dit [clic].

Pour celles et ceux qui aiment nos voisins nordiques.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Aucun commentaire: