jeudi 10 décembre 2020

Bouquin : Les larmes de Saint Laurent

[...] Ce n’est pas de l’ignorance, c’est du mystère.

On avait été emballé il y a quelques années par un précédent bouquin de la québécoise Dominique Fortier. C'était Du bon usage des étoiles.
Nous voici un peu par hasard avec le second roman de la dame : Les larmes de Saint Laurent.
On retrouve bien sûr le style flamboyant de l'auteure, un hymne riche et brillant à la langue française. Toujours érudit et parfois ironique.
Les phrases sont de véritables poèmes qui s'enroulent et se déroulent parfois sur toute une page : un style auquel il faut s'habituer et par lequel il faut se laisser porter car c'est souvent trop long et trop riche.
Mais Dominique Fortier a le don pour dénicher des histoires curieuses, tirées de la vraie vie, et nous les faire partager avec ses talents de conteuse.
La première histoire est celle de Louis Auguste Cyparis (ou Sylbaris) seul rescapé de l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 à la Martinique : un pauvre noir enfermé dans un cachot [clic]. Cachot auquel il devra son salut.
[...] Depuis maintenant plus d’une semaine il tombait sur la ville une cendre d’un gris très pâle, qui blanchissait routes, maisons, et jusqu’aux passants qui n’avaient pas songé à se munir de parapluies ou d’ombrelles. Pour la première fois depuis des siècles à la Martinique, il n’y avait plus ni Noirs ni Blancs, tous se trouvant couverts d’une fine poudre telle que les duchesses et les courtisanes en appliquaient jadis sur leurs visages et leurs perruques.
[...] Quand il ouvre les paupières, quelques heures plus tard, il sait tout de suite que la fin du monde a eu lieu et qu’il a été oublié.
Pour ses cicatrices et ses brûlures (et sa couleur de peau), il sera ensuite engagé par le cirque Barnum parmi les 'monstres'.
[... Les] Phénomènes — les prospectus parlaient tantôt de Monstres et tantôt de Merveilles — qu’avaient collectionnés Barnum et Bailey comme d’autres amassent les papillons ou les pièces de monnaie rares.
La seconde histoire est celle d'Edward Love un mathématicien anglais contemporain de Sylbaris. Un obsédé des chiffres qui voyait des nombres partout. Il découvrira certaines ondes sismiques qui portent son nom.
[...] Edward se découvrait fasciné par la Terre et les forces invisibles qui se jouaient sous sa surface.
La troisième histoire prend place de nos jours sur les pentes de Mont Saint Laurent bien sûr et tente une conclusion imaginaire aux deux autres histoires.
Trois petits sujets à ranger dans le cabinet des curiosités de Dominique Fortier.
Mais une lecture exigeante car l'auteure s'est un peu lâchée côté prose cette fois-ci. 
Dommage, les histoires rapportées n'étaient peut-être pas assez puissantes pour maintenir la prose de l'auteure dans les limites.
Petite anecdote, les larmes de Saint Laurent ce sont les étoiles filantes des Perséides que l'on peut apercevoir en août, le jour de la Saint Laurent, martyre brûlé vif en l'an 258.

Pour celles et ceux qui aiment la langue française.
D’autres avis sur Babelio.

Aucun commentaire: