mardi 29 décembre 2020

Bouquin : L'année des volcans

[...] Voilà à quoi je ne me résigne pas, ne pas vivre.

Voilà déjà quelques années que l'on avait voyagé avec François-Guillaume Lorrain jusqu'au pied du Stromboli en compagnie de monuments du cinéma : Ingrid Bergman, Anna Magnani et Roberto Rossellini, excusez du peu.
À la relecture, L'année des volcans s'avère toujours aussi passionnante qui nous fait partager quelques moments aux côtés de ces monstres sacrés.
Deux femmes aussi différentes que peuvent l'être une brune méditerranéenne et une blonde scandinave, deux femmes amoureuses du même homme qui possède un don magique, capable avec sa caméra de les magnifier, de les sublimer.
Un réalisateur qui crée des stars à l'écran mais qui s'en nourrit lui-même.
[...] Le père, ou le parrain, du septième art moderne.
Trois artistes complètement égoïstes et totalement entiers, prêts à tout abandonner pour vivre leurs passions amoureuses ou artistiques.
[...] Voilà à quoi je ne me résigne pas, ne pas vivre.
[...] Elles ne s'étaient jamais reniées, ne transigeant en rien sur leur liberté et leur dignité.  
On y découvre une Italie qui peine à se remettre des blessures et humiliations de la guerre.
On y découvre également la naissance d'un film : un processus mystérieux, chaotique et un peu magique, du moins à cette époque.
On y retrouve toute la magie du cinéma.
[...] Elle était encore trop émue pour trouver ses mots. Elle ne connaissait même pas le nom de l'actrice, Anna Magnani, qui venait de lui faire croire qu'on pouvait mourir devant une caméra.
L'écriture de Lorrain est fluide et agréable et sait nous embarquer pour les îles éoliennes, nous faire partager la dolce vita d'un cinéaste poursuivi par ses créanciers et, plus dangereux, par ses femmes.
[...] Il gagnait toujours. Il n'en tirait aucune vanité, il ne pouvait en être autrement. À chaque fois, il jouait sa peau, comme au temps de sa jeunesse.
Notre précédent billet de 2014.

Pour celles et ceux qui aiment le cinéma et les caprices de star.
D’autres avis sur Babelio.

Aucun commentaire: