lundi 22 octobre 2018

Bouquin : Là où vivent les loups


[...] Cette bande de culs-terreux tout droit sortis du film Délivrance.


On passe tout près d'un coup de cœur pour ce polar de Laurent Guillaume : Là où vivent les loups.
Notre auteur national de polars a forgé sa réputation sur sa série urbaine autour de son flic fétiche Mako (on y reviendra). Mais on le retrouve ici peut-être encore meilleur, au cœur de ses montagnes savoyardes, et ce qui n'était peut-être pour l'auteur qu'une diversion amusée, s'avère finalement une sacrée réussite.
Cela tient sans aucun doute à un sacré personnage, Priam Monet, le flic parigot exilé dans les Alpes. Un flic un peu à la manière du sous-préfet Rocco Schiavone découvert outre-Alpes.
[...] Il était très grand - un mètre quatre-vingt-seize - et gros, très gros. La dernière fois qu'il s'était pesé, deux ans auparavant, la balance affichait un douloureux quintal et demi. Il n'avait pas réitéré l'expérience, mais il savait que depuis, il avait encore grossi. Ses traits qui auraient pu être séduisants étaient noyés dans les replis de la chair. Ses yeux exprimaient une lassitude définitive et une mauvaise humeur permanente. Personne n'aimait Monet, lui le premier. Et Monet le rendait bien à tout le monde, surtout à lui-même.
L'imbuvable flic (c'est un bœuf-carotte en plus !) débarque comme un loup dans un jeu de quilles, dans le petit monde féodal de la province bien organisée.
[...] Monet regardait les montagnes et les forêts et se surprit à les trouver belles. Il secoua la tête et se dit qu’il perdait la boule. Deux semaines de plus dans ce trou et il aurait des désirs bucoliques, des envies de verdure et de papillons. Il allait boucler cette enquête chez les pécores en deux coups de cuiller à pot et rentrer fissa à Paname.
Et ce qui ne gâche rien, Laurent Guillaume prend soin de mettre en scène son intrigue aux allures de western contemporain, sur un fond de critique sociale : désindustrialisation des vallées de nos montagnes, petits arrangements entre notables de province et passage de migrants transalpins, c'est d'actualité.
[...] Quand on découvre dans un bois le cadavre d’un migrant tombé d’une falaise, tout le monde pense à un accident. Pas Monet.
Autant dire qu'on attend avec beaucoup d'impatience, la prochaine aventure de Priam Monet.

Pour celles et ceux qui aiment les gros flics.
D’autres avis sur Babelio.

Aucun commentaire: