jeudi 22 juillet 2021

Bouquin : Oasis interdites

[...] Marcher droit devant moi.

Quelle folie que celle de la suissesse Ella Maillart, quasiment née avec le siècle (le siècle dernier, le vrai), qui s'en va du haut de ses trente ans traverser l'Asie centrale depuis Pékin jusqu'aux Indes à travers des contrées hostiles et encore mal connues même encore aujourd'hui : les grands déserts d'Asie, l'immense marais salé du T'saïdam, le désert du Taklamakan, ...
Une région (le Xinjiang) qui revient sur le devant de l'actualité depuis les nouveaux démêlés des Ouighours avec le pouvoir chinois, un conflit ancré dans l'histoire depuis fort longtemps.
 Mais avant même le récit palpitant de ces aventures incroyables pour l'époque, c'est la prose de l'auteure qui va nous accrocher : une écriture lumineuse, humaniste, simple et modeste mais riche et documentée. Un véritable régal, une rare pépite parmi les récits d'aventures ou d'exploration.
Contrairement à nombre de récits d'écrivains voyageurs, aucun nombrilisme, aucune pédanterie, ne viennent entacher la prose d'Ella Maillart.
Nous voici donc dans les années 30, embarqués dans l'aventure aux côtés d'une suissesse et d'un anglais (plus british tu meurs) qui va se joindre à elle : il s'agit de Peter Fleming, qui inspirera son frère Ian pour le personnage de James Bond !
Peter Fleming était journaliste globe-trotter mais sans doute également appointé par le MI6 !
Pour traverser le far-west chinois, un long et difficile voyage attend les deux compères, à dos de chameau ou à dos d'âne, à pied parfois. Il leur faudra contourner aussi bien les déserts que les tracasseries administratives de ces régions sous tension où ils risquent la prison si leur laissez-passer ne convient pas aux potentats locaux.
Ils longeront les grands déserts d'Asie, éviteront les cités trop contrôlées et remonteront à rebours la route qu'avait empruntée la fameuse Croisière Jaune de Citroën quelques années auparavant à travers le Pamir entre les sommets inaccessibles du Karakorum et de l'Hindu Kush.
[...] Je suis toute à la curiosité de cet avenir incertain, au sentiment d'être délivrée désormais des obstacles des hommes ; toute à la joie de sentir que chaque jour, maintenant, sera neuf, et qu'aucun ne se présentera deux fois ; toute à mon application de n'observer qu'une seule règle : celle de marcher droit devant moi.
[...] Peter me trouve trop sérieuse et je ne saisis pas bien l'humour britannique (ce qui est aussi grave aux yeux d'un Anglais que "perdre la face" pour un Chinois).
On y croisera la route du Pantchen Lama, on y verra les fleuves ne plus dévaler vers la mer, on y entendra des peuplades dont la langue connait quatre genres et vingt-huit pluriels, on y traversera des rivières qui ne coulent que la nuit lorsque les neiges des hauteurs ont suffisamment fondu en journée, on y verra des carcasses de chameaux, d'ânes et de moutons, et même une auto Citroën abandonnée.
Quelques cartes postales choisies parmi tant et tant d'autres mémorables :
[...] Pour la dernière fois j'avais vu couler l'eau vers la mer : dorénavant, pendant des mois, nous marcherions dans les bassins fermés d'Asie centrale.
[...] Les eaux du lac étant sacrées, la navigation y est interdite, et c'est pourquoi les lamas qui habitent sur l'île du KouKou Nor ne peuvent être ravitaillés qu'en hiver, lorsque la glace crée une route naturelle.
[...] Au centre du Tsaidam, nous sommes à trente ou quarante jours de la ville la plus proche.
[...] Nous sommes au bord d'un nouveau versant de l'Asie, avec de nouvelles mœurs et de nouvelles races. Les cadavres n'y seront plus abandonnés aux oiseaux de proie comme ceux des Mongols, la farine sera cuite au four au lieu d'être mélangée au thé, les prières monteront vers l'invisible Allah au lieu d'être marmonnées devant des bouddhas de terre cuite.
[...] Pendant l'hiver il n'y a que trois vieilles femmes à Dzoun. J'ai croisé l'une d'elles qui s'en allait, toute rabougrie, sa poitrine nue et décharnée hors du manteau de mouton. Sa peau couleur de chocolat, où des cicatrices laissaient des traces violettes, faisait penser aux coloris de Gauguin.
[...] Une fois de plus il faut attendre : c'est décidément la seule qualité que nous acquerrons dans ce pays.
[...] Lors de la première rencontre ils nous avaient demandé si nous n'étions pas japonais, notion que nous nous étions empressés de rectifier. À Lanchow déjà, un agent chinois nous avaient pris pour tels, et je suppose qu'en Asie centrale ce terme est synonyme d'étranger venu de par-delà les mers.
[...] Compatissantes, les sœurs me laissent m'enfermer dans leur dispensaire avec un seau d'eau chaude et je me livre à une battue en règle contre les parasites qui troublent mon sommeil, ce qui m'était impossible dans notre caravansérail.
[...] Le bonheur le voilà : cette ivresse que crée un instant d'équilibre entre un passé qui nous satisfait et un avenir immédiat riche de promesses.
[...] Une fois de plus, comme au cours des nombreuses heures vides de ce voyage, je me demande ce qui me pousse vers les quatre coins du monde ?
[...] À Tashgourkan, quatre pays se touchent presque : la Chine, les Indes, l'Afghanistan et la Russie. Leurs frontières ont été délimitées en 1905 [...] c'est alors que l'étroit territoire du Wakhan fut donné à l'Afghanistan afin que Russie et Indes ne soient pas en contact.
C'est une fort belle voix de femme, chaleureuse et lumineuse, qui nous parvient depuis les déserts d'Asie par-delà les montagnes les plus hautes.
Pour profiter pleinement du voyage, on ne saurait trop vous conseiller de prévoir de bonnes chaussures et quelques cartes de cette région méconnue comme [ici] ou [].
PS : on avait déjà croisé brièvement la route de l'intrépide Ella Maillart aux côtés des alpinistes de Staline.

Pour celles et ceux qui aiment les aventurières.
D’autres avis sur Babelio.

mardi 20 juillet 2021

Bouquin : Kingdomtide

[...] Vous croyez que ça peut rendre fou ?

Kingdomtide se présente comme un thriller en pleine nature sauvage : un petit avion de tourisme s'écrase en pleine montagne (les Bitteroots au Montana) et des 3 passagers, seule survivra Cloris Waltrip 72 ans : son mari et le pilote périssent dans le crash.
Plus bas dans la vallée, la ranger Debra Lewis est persuadée qu'il y a des survivants et persiste dans les recherches.
[...] Ça fait maintenant trois jours qu'on survole la zone sans repérer le moindre signe d'eux. Ils ont disparu depuis près d'une semaine.
Mais ...
Mais ce n'est pas ainsi que l'entend le jeune texan Rye Curtis dont c'est le premier roman : il fait fi des règles d'un genre désormais bien codifié, sa prose est truffée d'irrévérences et tous ses personnages ont un petit grain dérangeant.
Sans cesse, le lecteur se laisse surprendre au fil des phrases par un détour ironique, une amère dérision ou une chute carrément loufoque.
Le principal collègue de la ranger Lewis sort sans arrêt un bloc de craie de sa poche et s'en frotte les mains qu'il garde toujours blanches (et sèches). Un autre filme tout le monde en espérant attraper un fantôme sur la pellicule. Et la ranger Lewis elle-même sirote du merlot à longueur de journée.
[...] Elle avait déjà bu deux tasses de café et un grand mug de merlot d'une bouteille qu'elle gardait sous son bureau.
[...] Nue, vêtue de ses seules chaussures, Lewis marchait lentement en rond dans son salon en s'envoyant un verre de merlot.
[...] Vous croyez que ça peut rendre fou, de rester longtemps dans ces montagnes ?
Et les fantômes on serait presque tenté d'y croire car voilà qu'une mystérieuse présence sylvestre, un ange gardien invisible, semble guider la vieille dame Cloris perdue depuis des semaines dans les Bitteroots.
Finalement, ce ne sera ni ces péripéties montagnardes, ni ces quelques mystères qui vont scotcher le lecteur aux pages de ce Kingdomtide : ce sera plutôt une remarquable écriture, un évident talent de conteur et une profonde et bienveillante empathie pour des personnages vraiment très attachants.
[...] Je sais que je suis un drôle de gus, mais je suis à peu près sûr de ne pas être un mauvais gus.
Non, Pete, vous n'êtes pas un mauvais gus.
[...] Elle a perdu son mari. Je crois qu'il faut une seconde vie entière pour oublier quelqu'un avec qui on a déjà passé une vie.
Un beau et bon roman.

Pour celles et ceux qui aiment le merlot.
D’autres avis sur Bibliosurf.

vendredi 9 juillet 2021

Bouquin : L'espion français

[...] Ça sent la fin.

Hasard des calendriers, L'espion français, le nouveau bouquin de Cédric Bannel sort tout juste au moment où les derniers américains quittent Bagram en Afghanistan ... laissant le champ pratiquement libre aux talibans.
Le pays n'est donc guère à la fête, mais c'est avec grand plaisir que l'on retrouve avec ce quatrième épisode, le qomaandaan Oussama Kandar et ses amis kaboulis.
L'intrigue est de la même veine que celles des derniers bouquins [clic] : une immersion documentée et empathique dans ce pays troublé, un mélange d'espionnage international, d'intrigue policière locale et de démêlés politiques afghans.
Ça démarre très fort avec l'enlèvement de jeunes volontaires japonaises d'une ONG.
[...] - Notre ambassade à Kaboul nous a avertis qu'une alerte vient d'être lancée concernant la disparition de cinq membres de l'association Care Children. Des japonaises.
Le qomaandaan Oussama Kandar va mener l'enquête avec son équipe de fidèles.
[...] - C'est du 7.62. Kalachnikov.
Ce qui en soit ne signifiait pas grand chose. Les AK 47 étaient aussi répandus en Afghanistan que les poêles à bois.
[...] - On appelle les renforts ?
- Tu te crois sur Netflix ? Petit, c'est juste toi, moi et nos deux collègues.
À Paris pendant ce temps, on bascule boulevard Mortier dans une ambiance plutôt réussie, façon "Bureau des légendes", avec une équipe top secrète chargée d'éliminer les ennemis de la France où qu'ils se trouvent, que ce soit à Vitry sur Seine ou dans les montagnes d'Asie centrale.
Tout cela fonctionne comme une mécanique bien huilée, un scénario idéal pour un cinéma ou une série.
 Mais si Cédric Bannel est devenu un orfèvre dans le montage de thrillers palpitants et documentés, il n'a rien perdu de son empathie pour le bon peuple afghan, celui de l'islamisme modéré : c'est vraiment ce qui fait tout le charme de ses bouquins et les distinguent de la plupart de ceux de ses confrères.
Cela nous vaut de très belles pages comme cette histoire de Babour (chapitre 22).
[...] Il s'agissait de réfugiés fuyant Daech, les talibans ou simplement leur trop grande pauvreté. Des gens récemment arrivés de campagnes lointaines et déshéritées.
Une certaine tristesse amère imprègne cet épisode : les talibans vont bientôt reprendre les rênes du pays, c'est inexorable et les jours des modérés sont désormais comptés.
[...] - Ça sent la fin. [...] Tout le monde pense que les talibans seront là bientôt. 
[...] - Cette ville est lugubre, c'est Berlin en 1945.
[...] Ces moments n'étaient qu'une parenthèse avant le drame inéluctable qui allait emporter l'Afghanistan. [...] Tout allait s'arrêter car les talibans allaient gagner.
Très égoïstement on se prend à souhaiter que le pays traverse cette mauvaise passe tant bien que mal et que nous attendront bientôt d'autres aventures auprès du qomaandaan Oussama.

Pour celles et ceux qui aiment l'Afghanistan.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : Cette histoire-là

[...] C’est une espèce de don.

L'histoire d'Alessandro Baricco démarre en trombe, à 140 km/h précisément, la vitesse atteinte par les bolides qui firent la course Versailles-Madrid en mai 1903 : une vitesse que, à l'époque, on pensait au-delà de la résistance des choses et des hommes.
C'était d'ailleurs presque le cas, puisque les autorités durent arrêter la course après plusieurs accidents mortels où périrent des pilotes (comme l'un des frères Renault) et des "spectateurs" inconscients  du danger qui n'imaginaient pas des bolides débouler aussi vite ... L'ancêtre du Paris-Dakar peut-être !
[...] Trois millions de personnes, dit-on, alignées pour voir cette merveille, hypnotisées par ce miracle.
[...] La veille encore ils ne savaient pas vraiment ce qu’étaient les automobiles : ils les voyaient tout au plus comme des bijoux masculins hypertrophiés. Maintenant, elles tuaient.
[...] En effet, il mit fin à la course, le gouvernement français, par un décret foudroyant et solennel. On étouffa le monstre, avant qu’il puisse tuer encore.
Cette histoire-là c'est celle d'Ultimo (quel prénom !) né au moment où l'automobile prenait tout juste possession des routes et des esprits.
[...] Ultimo s’appelait ainsi parce qu’il avait été le premier enfant. 
— Et le dernier, avait aussitôt précisé sa mère, dès qu’elle eut repris ses sens après l’accouchement. Il fut donc Ultimo, le dernier.
Ultimo est un enfant étrange et un peu particulier.
[...] C’était un truc à lui, ça : c’était quelqu’un, quand il était là, tu t’en apercevais. Il y a des gens qui ont ça, c’est une espèce de don. Dans mon coin, on dit qu’ils ont l’ombre d’or, mais je ne sais pas pourquoi. Lui, il l’avait.
Pendant que son père s'inventait garagiste un peu trop tôt et attendait les automobiles encore trop rares sur les routes, Ultimo ne rêvait que de routes aux courbes magiques. 
[...] Moi, je construirai une route, dit-il. Où, je n’en sais rien, mais je la construirai. Une route comme jamais personne n’en a imaginé. Une route qui finit là où elle commence. Je la construirai au milieu de nulle part.
[...] Ce ne sera pas une route pour les gens, ce sera une piste, faite pour courir.
Mais il grandissait dans un début de siècle agité et il se retrouva bientôt dans les tranchées du front italien face aux autrichiens : on découvre dans un long passage pas bien gai ce que fut l'effroyable bataille de Caporetto, le Verdun italien, un véritable désastre qui se termina par une déroute titanesque.
[...] Les onze batailles de l’Isonzo, au cours desquelles les Italiens tentèrent d’enfoncer le front autrichien, donnèrent des chiffres hallucinants : pour déplacer la frontière d’une quinzaine de kilomètres, plus d’un million de soldats disparurent du champ de bataille, soit morts, soit blessés.
Mais cette histoire-là est racontée par Baricco et c'est ce qui fait réellement la magie du bouquin, celle qu'on avait découverte avec le mémorable Soie : la plume de l'italien est dense, riche, soignée, ciselée, nourrie des arts et des sciences, réellement jubilatoire, elle nous emmène quelque part entre prose et poésie.
[...] Ne vous laissez pas prendre par la curiosité de savoir qui est l’assassin. Ça, c’est bon pour les romans policiers. Ce sont les coiffeurs qui lisent les romans policiers.
— Vraiment ? 
— Chez nous, en tout cas. Le barbier les lit et ensuite il nous les raconte pendant qu’il nous fait la barbe. Comme ça il nous évite la peine, voyez ? 
— C’est un bon système. 
— On a essayé avec les vrais livres, mais ça n’a pas marché. 
— Ah non ? 
— Notre idée sur les livres, c’est que si on n’arrive pas à les raconter pendant le temps d’un rasage, alors c’est de la littérature. Et ça, c’est pas pour nous. Vous lisez ?
Le livre alterne de grands chapitres comme autant de points de vue sur le parcours d'Ultimo. Tout cela s'emboîte avec plus ou moins de bonheur mais laissera à chacun le loisir de piocher ici ou là. On regrette tout de même un peu que le bouquin ne soit pas plus concentré sur les courses automobiles et le mystérieux Ultimo que l'on ne découvre qu'en contrepoint finalement.

Pour celles et ceux qui aiment les autos.
D’autres avis sur Babelio.

mardi 29 juin 2021

Bouquin : Un après-midi d'automne

[...] Je vis en permanence dans l'attente.

Une auteure norvégienne, Mirjam Kristensen, une histoire qui prend place à New-York dans les salles du MET, celle d'une jeune femme ordinaire dont le conjoint disparait subitement sans explications : tout cela avait l'air bien prometteur ...
Rakel laisse donc son époux devant une toile de Georges De La Tour, le temps d'une escale technique aux toilettes.
Lorsque Rakel revient, Hans Olav a disparu sans laisser de traces ni d'explications ...
Rakel attend, Rakel tourne en rond, Rakel ne sait pas trop quoi faire, ...
Elle rejoint de vagues connaissances de sa mère qui ne sauront guère l'aider et les jours passent, puis les semaines.
[...] Je vais me coucher dans ce lit où je dormirai jusqu'à demain matin, et demain soir je me recoucherai dans ce lit, et ainsi de suite. Tout cela est bien réel. C'est vraiment ce qui m'arrive.
[...] Qu'est-ce qui t'arrive ? me dis-je, les bras serrés autour du corps. Je ne suis ni gaie ni triste, je vis en permanence dans l'attente.
Certes on comprend bien ces instants suspendus, cette vie interrompue, cet entre-deux qui s'installe, mais on a vraiment beaucoup de mal à s'intéresser aux affres qui tourmentent gentiment l'amie Rakel et l'on finit par parcourir tout cela un peu en diagonale. 
Mauvaise pioche, dommage.

Pour celles et ceux qui aiment l'introspection.
D’autres avis sur Babelio.

lundi 28 juin 2021

Bouquin : Les mains vides

[...] Vous aviez l’air d’un curé ou d’un communiste.

Chaque région d'Italie a son flic attitré et sa série de polars.
Dans la belle ville de Parme, c'est Valerio Varesi qui met en scène le commissaire Soneri au fil des épisodes [clic].
Les revoici avec une nouvelle intrigue : Les mains vides.
Un titre à prendre au second degré puisque l'intrigue évoque plutôt les mains bien remplies de ceux qui s'en mettent plein les poches : il sera question de beaucoup de fric, celui des mafias qu'il faut lessiver et blanchir, celui des spéculations immobilières sans foi ni loi.
On est toujours content de pouvoir compter sur des valeurs sûres, retrouver de bons amis transalpins comme ces deux-là, Varesi et son commissaire fétiche, avec qui on sait que l'on peut voyager sans crainte.
Cette fois, l'intrigue peine un peu à se mettre en place : le commissaire Soneri ne sait trop s'il doit s'occuper du vol de l'accordéon du pauvre bougre qui anime habituellement la place ou s'il doit s'intéresser au décès d'un commerçant battu à mort (un avertissement, un appel de fonds, qui aurait mal tourné peut-être ?).
Malgré la canicule, comme à son habitude Soneri flâne dans les rues de Parme, des errances sans but qui lui permettent de s'imprégner de sa ville, c'est sa façon à lui d'enquêter si l'on peut dire. La vérité finira bien par lui apparaître au détour d'une vieille maison.
[...] Il n'avait jamais aimé l'été en ville, quand les rues puent la pisse et que des odeurs âcres de transpiration flottent dans les autobus. [...] Heureusement le 15 août approchait et la ville se viderait en laissant derrière elle les vieux et les fauchés. Il se consola en songeant aux rues désertes, à la beauté de la ville enfin silencieuse et aux dîners dans quelque auberge à l'ombre des tonnelles : sa petite villégiature personnelle.
[...] La perspective des complications se renforçait dans son esprit. Il le savait d’expérience : si l’on n’apercevait aucune lueur les premiers temps d’évaluations, l’enquête s’annonçait mauvaise.
Mais les temps changent et Soneri semble bien dépassé par les bandits modernes, les nouvelles mafias de l'est, les nouvelles spéculations immobilières, les nouveaux trafics.
C'est une nostalgie amère et désabusée qui parcourt le bouquin dont l'ambiance est un peu plombée par l'auto apitoiement d'un commissaire dépassé par son époque.
[...] – Un conseil, reprit sérieusement Gerlanda, ne jouez pas les Don Quichotte. Que vous le vouliez ou non, vous faites partie de la police et la police a toujours été du côté des puissants. Depuis quand la police change le monde ?
Finalement les mains vides seront celles de Soneri et c'est un étrange final au goût bien amer qui l'attend dans les derniers chapitres. 

Pour celles et ceux qui aiment le parmesan bien sûr.
D’autres avis sur Bibliosurf.

BD : Shi

[...] Le soleil ne se lève jamais deux fois sur le même chagrin.

Belle série (4 épisodes sortis pour une première saison) que ce Shi avec l'espagnol Josep Homs aux pinceaux et le belge Zidrou (alias Benoit Drousie, le père de Ducobu) au scénario.
Tous deux nous conte une belle histoire qui mêle habilement un Londres à l'époque victorienne, une histoire contemporaine de marchands d'armes, un peu de japonaiserie et un soupçon de fantastique oriental, bref un cocktail idéal pour le dessinateur !
Tout cela sur l'air connu d'hommes qui n'aimaient pas les femmes, mais à l'heure d'aujourd'hui on sait désormais que ces dames ne se laissent plus faire et c'est leur vengeance qui est au cœur de l'intrigue.
Le dessin reste classique et sans grande originalité mais bien présent pour accompagner ce scénario très réussi avec un texte soigné et bourré de références.

Pour celles et ceux qui aiment les histoires.
D’autres avis sur Babelio.

lundi 21 juin 2021

Bouquin : Solak

[...] Du vivant, mais pas pour longtemps.

Petit coup de cœur surpris pour Solak, ce premier roman de l'étonnante bretonne Caroline Hinault avec un titre qui claque comme un coup de fusil.
Certes elle est quand même prof agrégée de lettres mais à première vue, on ne la soupçonnerait pas d'être à l'origine de cette histoire étonnamment virile et féroce.
Nous voici donc hélitreuillés au-delà du cercle polaire, au bord de l'océan arctique, dans une minuscule base militaire et scientifique.
Ils ne sont que quatre à se partager les baraquements : confinés aux confins du monde, ils se considèrent à part des "terriens" comme ils nous appellent.
[...] On commençait à être beaucoup trop sur cette île. Si je suis resté sur Solak, c’est pas pour tailler la discussion mais supporter ma haine des vivants.
Les soldats sont chargés de veiller sur le drapeau (dont ne saura pas la couleur, même si on l'imagine plus ou moins blanc, bleu, rouge) et de veiller sur le séjour des scientifiques qui guettent le réchauffement climatique.
C'est un peu comme une prison à ciel grand ouvert, perdue dans l'immensité blanche de la banquise.
Dès les premières pages s'allument tous les warnings : l'un des quatre, Igor, repart dans l'hélico mais ... dans une boîte (il s'est fait sauter le caisson un peu avant qu'on arrive) et un petit nouveau débarque pour le remplacer.
Le petit jeune fraîchement hélitreuillé est ... muet (!) et son intégration au sein de cette équipe d'ours mal léchés prisonniers des confins du monde s'annonce pas facile. Faut être franchement barge et misanthrope pour aller se perdre des mois voire des années au bord de la banquise, dans le froid polaire et la nuit sans fin. Chacun traîne sans aucun doute un trop lourd passé qu'il convient d'oublier à Solak.
[...] Ce que je voulais, c’était m’anesthésier, et la banquise pour ça, c’est l’idéal.
[...] Il s’est mis à causer tout seul. On le fait tous. Mais Igor parlait seul avec nous, c’était ça le problème, c’est par le langage, toujours, que ça commence.
[...] L’instant où on comprend ça. Que rien ni personne viendra nous sauver. Qu’on est seul ici. Rien qu’une carcasse chaude sur un continent froid. Du vivant, mais pas pour longtemps.
[...] Des fois, je nous regarde et je pense qu’on est comme le bon, la brute et le vieux schnock, le gosse compte pas, c’est un intrus depuis le début.
La prose de dame Hinault est au diapason de cette histoire féroce et virile : c'est le monologue de Piotr, l'un des quatre confinés (des années qu'il est là-bas, un peu comme s'il avait pris perpète en taule) et qui s'adresse tantôt à l'un de ses collègues (rarement), tantôt à la jeune recrue (pas souvent) ou bien qui se parle carrément tout seul (le plus souvent).
Avec son lot de surprises (même à Solak, le passé finit par vous rattraper ...), le final apocalyptique est à la démesure de cette immensité noire et glacée.
C'est fort, puissant, presque lyrique parfois, mais c'est vraiment très prenant, et le moins que l'on puisse dire c'est que la gente masculine ne sort pas grandie de cette terrible et sombre histoire.
[...] Ça fanfaronne les hommes, c’est comme ça.
[...] À croire que les femmes sont nulles en dictature.

Pour celles et ceux qui aiment la nuit même quand elle dure six mois.
D’autres avis sur Bibliosurf.

samedi 19 juin 2021

Bouquin : Tout l'or des braves

[...] Tout homme peut bien aller au diable à sa manière.

Que diable sommes nous venus lire dans cette galère ?
Certainement quelques bonnes mais lointaines critiques lues ici ou là, franchement oubliées après quelques semaines d'attente à la bibliothèque !
Pour Tout l'or des braves, nous voilà donc embarqués en 1720 avec le canadien Clifford Jackman à bord du Saoirse sous les ordres du capitaine Kavanagh.
Sauf que Jimmy Kavanagh est un pirate, ancien compagnon de Barbe Noire, tout comme le ramassis de beachcombers qui forme son équipage !
[...] La perfidie du personnage ne connaissait pas de limites, mais on pouvait lui faire confiance pour gérer une situation de crise.
En mer des Caraïbes, les préparatifs s'éternisent (ils faut bien récupérer les fonds nécessaires pour financer l'opération, avitailler le navire et recruter l'équipage) et, ma foi, on se demande bien ce que l'on fait à bord ...
Mais le Saoirse prend la mer, enfin, et peu à peu on va se laisser prendre au jeu.
C'est parti pour un tour du monde ou presque en compagnie de ces forbans sans foi ni loi, ou plutôt obéissant seulement aux règles et au code d'honneur de leur confrérie, celle des fameux "frères de la côte".
Une aventure pleine de bruits et de fureur : la vie de ces flibustiers, marins et chercheurs d'or, n'était pas de tout repos mais plutôt faite de canonnades, batailles, tempêtes, bagarres, maladies, famines, abordages, ...
[...] Devereux amputait membre après membre,  les rassemblant dans des paniers pour qu'ils soient jetés dans la mer, où la frénésie des requins de récif ne tarda pas à rosir l'eau turquoise.
La vie à bord est rythmée par les soubresauts de la "politique" de ce microcosme viril : les frères de la côte veulent appliquer des règles démocratiques (élection des officiers par exemple) mais Clifford Jackman rythme les chapitres de son bouquin par toute la collection des démocraties, oligarchies, autocraties, et autres tyrannies. Toutes les formes de gouvernement social y passent et l'on se prend à lire cela, non pas comme un traité de philosophie politique, mais plutôt comme un véritable polar.
[...] La mutinerie. Combien de complots ce navire a-t-il déjà connus ?
Un bouquin un peu long et répétitif (près de 500 pages) mais finalement bien prenant et un roman d'aventures à contre-courant de nos lectures habituelles.

Pour celles et ceux qui aiment le pavillon noir.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : L'oubli que nous serons

[...] La lettre adressée à une ombre.

La sortie du film de l'espagnol Fernando Trueba est l'occasion de découvrir ce bouquin de 2006 qui avait belle réputation et qui a surtout le mérite de nous faire voyager en ce pays méconnu qu'est la Colombie.
L'oubli que nous serons est comme une lettre du fils Héctor Abad à son père, médecin hygiéniste assassiné en 1987 à Medellìn.
[...] Ce livre même n’est rien d’autre que la lettre adressée à une ombre.
Une relation père-fils très forte avec un Abad junior seul garçon élevé au milieu d'un véritable gynécée : cinq sœurs (!), sa mère bien sûr, une nonne, des bonnes, des tantes, des grands-mères, ...
Un garçon écartelé entre sa mère enracinée dans son monde ultra catholique d'obédience franquiste (Opus Dei et compagnie, ils font même des processions dans leur maison).
[...] Croyante, très pratiquante, écoutant la messe chaque jour, et toujours avec Dieu et la Très Sainte Vierge aux lèvres.
Et son père à l'exact opposé, docteur et professeur d'université, agnostique, optimiste, le type même de l'humaniste éclairé.
[...] Il dut souffrir à maintes reprises les attaques des conservateurs, qui le tenaient pour un gauchiste nocif pour les étudiants, dangereux pour la société et trop libre-penseur au regard de la religion.
La prose d'Héctor Abad est d'une belle élégance, riche et soignée, et lorsqu'il nous décrit son enfance, ses longues phrases nous bercent d'une douce musique nostalgique. Avouons tout de même que cette première partie du bouquin est un peu longuette, impatients que nous sommes d'en savoir plus sur le bon docteur Abad.
Malheureusement l'auteur aura bien du mal à sortir de son auto apitoiement sur sa condition de fils éploré et d'écrivain inspiré. Même s'il est intéressant à plus d'un titre (la Colombie, le docteur assassiné, le film, ...), le bouquin est plombé par un style et un propos un peu lourds à digérer.
Le titre du bouquin (et du film) est tiré d'un poème de Jorge Luis Borges trouvé dans l'une des poches d'Héctor Abad Gómez lors de son assassinat.
Pour celles et ceux qui aiment les bons docteurs.
D’autres avis sur Babelio.

jeudi 10 juin 2021

Bouquin : Quarantaine

[...] Tous les hôpitaux de la ville étaient pleins.

C'est en 2005 que l'écossais Peter May écrit son bouquin : un polar sur fond d'épidémie de grippe à Londres. Aucun éditeur n'en veut, nul n'est prophète en son pays !
Quinze ans plus tard, nous voici confinés en mars 2020 et Peter May ressort son tapuscrit qui sommeillait au fond d'un tiroir : cette fois le succès est assuré !
Le plus amusant c'est que l'auteur ne visait pas du tout un techno-thriller à la mode Clancy : c'est un polar qu'il a écrit et la pandémie de grippe ne se voulait qu'un décor original pour une enquête policière.
Aujourd'hui, le lecteur ne sait plus trop quelle lecture en faire : faut-il se laisser porter par un roman policier dont Peter May est coutumier, ou faut-il scruter toutes les ressemblances entre la pandémie de H5N1 imaginée par l'auteur en 2005 et notre Covid des années 2020 ?
Il faut dire que l'auteur s'était rudement bien documenté : test PCR, confinement, masques, distanciation, patrouilles de police, attestations, livraisons à domicile, incinérations en masse, labos et vaccins, hôpitaux provisoires, couvre-feu, bars clandestins, tout y est ou presque, c'est vraiment étonnant.
[...] Maintenant qu'il faisait jour, il y avait un peu plus de véhicules qui circulaient, munis de l'habilitation requise pour se déplacer dans les zones désignées de la ville.
[...] Personne ne croyait plus les chiffres. Il n'existait aucun moyen de les vérifier. De toute façon, même à leur niveau le plus optimiste, ceux qu'annonçaient le gouvernement étaient à peine imaginables.
[...] Tous les hôpitaux de la ville étaient pleins. [...] La maladie avait réduit le personnel d'environ trente pour cent. [...] Personne n'allait plus travailler. Seules de rares boutiques ouvraient quelques heures par jour. 
[...] D'ici quelques minutes, dans toute la ville, débuterait le couvre-feu. Le signal qu'il fallait s'enfermer chez soi jusqu'au matin.
L'épidémie imaginée par Peter May est une grippe aviaire et elle est donc beaucoup plus contagieuse et mortelle que notre petit Cov-19 : elle laisse peu de chance aux populations, tout comme la grippe dite espagnole de 1918, et la situation décrite dans le bouquin est donc beaucoup plus dramatique que celle que nous connaissons aujourd'hui.
Cette lecture est l'occasion d'au moins deux réflexions :
- si Peter May a été capable de collecter toute cette documentation pour son roman d'anticipation, que penser de nos sociétés incapables de se préparer à ce genre de situation ?
- paradoxalement, Peter May "confine" son épidémie à Londres et épargne le reste du monde à peine évoqué : visiblement il a loupé la mondialisation (qui ne l'intéressait sans doute pas pour son intrigue londonienne).
Côté intrigue policière, on sait que Peter May ne figure pas parmi nos auteurs préférés et ses polars chinois ou écossais [clic] ne nous avaient pas laissé un souvenir impérissable : ce n'est pas cette enquête qui va changer la donne avec une écriture pro mais basique et une intrigue qui sort du même labo, plutôt prévisible au point que l'on finit par lire rapidement les derniers chapitres en diagonale. Cette lecture ne vaut donc que pour la surprenante et désormais fameuse anticipation virale écrite en 2005.

Pour celles et ceux qui aiment les virus.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : Dragon bleu, tigre blanc

[...] Les fonctionnaires incorruptibles, une espèce rare.

Voilà bien longtemps (2011 !) que l'on avait quitté Qiu Xiaolong et son inspecteur Chen de Shangaï.
L'auteur est un dissident chinois exilé aux US depuis l'affaire de la place Tian'anmen : inutile de préciser que son regard est plutôt critique sur sa patrie natale (son père et lui-même enfant, ont pas mal souffert de la Révolution Culturelle de Mao).
Pour cet épisode, Dragon bleu, tigre blanc, Xiaolong s'inspire d'une affaire de corruption qui a défrayé la chronique chinoise en 2012 : Bo Xilai, personnalité politique de haut niveau, se retrouve brutalement déchu de ses fonctions après le meurtre d'un homme d'affaires britannique. Trahi par l'un de ses policiers, voici le trop charismatique Prince Rouge et son épouse (que l'on surnommait les Kennedy chinois) jugés et emprisonnés. Règlement de comptes dans les coulisses ou compromission de celui qui passait jusqu'ici pour un incorruptible ?
Le bouquin débute par une "promotion" de notre cher incorruptible inspecteur Chen Cao : il se retrouve propulsé Directeur d'une obscure commission aux pouvoirs inexistants. Cela ressemble fort à une mise à l'écart.
[...] Chen avait la réputation d’être un policier honnête et efficace et son licenciement aurait pu entraîner bien des spéculations.
[...] Sa mutation était peut-être liée à une des récentes affaires confiées à la brigade des affaires spéciales – spéciales signifiant politiquement délicates… Son rôle consistait à minimiser les dégâts. Mais il le prenait trop à cœur. D’où ses ennuis actuels.
[...] Tout est politique en Chine. Trop selon moi, d’ailleurs.
On retrouve avec plaisir Chen Cao et ses amis : le Vieux Pêcheur, son fils Yu le collègue joueur de go, Peiqin dans ses cuisines, la jolie Nuage Blanc, ... ainsi que la description des menus plaisirs de la vie à Shangaï (et ici à Suzhou également).
Chen Cao est désorienté par sa mise à l'écart mais le lecteur également : l'action peine à se mettre en place et l'on a l'impression que ce sont les amis de Chen qui mènent la danse plutôt que l'inspecteur lui-même qui tourne un peu en rond.
Perdu au cœur d'un labyrinthe de corruptions et de prévarications, l'inspecteur Chen finira par dénouer les fils qui nous mèneront à une étrange fin comme seule la philosophie chinoise peut les imaginer.

Pour celles et ceux qui aiment la Chine.
D’autres avis sur Babelio.

lundi 7 juin 2021

Bouquin : À l'aveugle

[...] Ce désert est plein de secrets.

Le texan Lance Hawvermale nous invite à parcourir le désert d'Atacama (entre Chili et Bolivie) en compagnie d'une drôle d'équipe : un futur docteur es-étoiles atteint de prosopagnosie (il ne différencie pas les visages), un écrivain de SF en panne d'inspiration, des jumeaux frère et sœur dont l'un est atteint du syndrome de Down (il est trisomique), et quelques chercheurs et scientifiques qui hantent le désert le plus haut, le plus aride et le plus pur du monde pour préparer une expédition sur Mars.
L'histoire de À l'aveugle commence avec la découverte d'un sac à dos contenant un cadavre découpé en morceaux, chose pour le moins étrange dans ce désert loin de tout ...
[...] On dit que ce désert est plein de secrets qui n'attendent que d'être exhumés.
Débute alors une drôle d'enquête, de curieuses investigations, des équipées en 4x4, des ennuis avec des des flics plus ou moins militaires, puis des militaires plus ou moins flics, bref une aventure à la façon de Alice détective au cœur de l'Atacama (Caroline Quine est d'ailleurs citée dans le bouquin).
Les fantômes qui hantent ce désert semblent sortir des heures sombres du Chili quand la DINA de Pinochet se livrait aux pires exactions : un décor bien sombre pour notre fine équipe que l'on suit agréablement comme de grands enfants que nous sommes restés.

Pour celles et ceux qui aiment les traversées du désert.
D’autres avis sur Babelio.

dimanche 6 juin 2021

Bouquin : La chance vous sourit

[...] « Tu as pensé quoi de cette nouvelle ? » m’a demandé mon mari.

Avec ce recueil de nouvelles, le moins que l'on puisse dire c'est que l'américain Adam Johnson n'a pas froid aux yeux et qu'il s'attaque à des sujets plutôt casse-gueule : un trafic de pédopornographie, un mari avec une femme paraplégique, un retraité de la Stasi, deux transfuges de Corée du nord, ...
Avec ce titre tout à fait mensonger, La chance vous sourit, c'est sombre, dérangeant et pas bien gai : mieux vaut être en bonne forme pour lire ce bouquin.
Adam Johnson a beau éviter les fausses notes sur les thèmes sensibles évoqués plus haut, et nous faire grâce d'une belle écriture, d'une ironie mordante et d'une dérision savoureuse, tout cela ne suffit pas vraiment à tenir à distance la noirceur du monde qu'il nous dépeint, notre monde d'aujourd'hui.
Une ou deux nouvelles valent le détour (les plus "romancées" et les moins "vraies", avec une distance qui les rend plus sympas à lire) : George Orwell était un de mes amis où l'on rencontre un ancien directeur de prison de la Stasi qui vit toujours à côté de son "lieu de travail" transformé en musée mémorial et surtout La chance vous sourit, la nouvelle qui donne son titre au recueil où l'on a le plaisir de découvrir deux transfuges nord-coréens arrivés à Séoul avec un parcours qui prend le contre-pied de tout ce qu'on pouvait attendre sur ce thème très à la mode.
Une nouvelle pleine de tendresse pour ses personnages, pleine de nostalgie touchante où les fuyards qui ont trouvé le "monde libre" regrettent encore leur pays natal ...
[...] La coupure de courant tous les soirs, cette façon dont une couverture de nuit s'étendait sur vous et la personne avec vous, permettant aux conversations intimes, retenues tout le jour, de se délier enfin.
Une sacré galerie de personnages.

Pour celles et ceux qui aiment le monde moderne.
D’autres avis sur Bibliosurf.

dimanche 30 mai 2021

Bouquin : Un homme seul

[...] Et ainsi fit-il.

Antonio Manzini nous livre ici avec Un homme seul, la suite de l'épisode précédent (Maudit Printemps) et, pour une fois, il faut les lire dans l'ordre.
L'enlèvement de la petite Chiara a été résolu par le sous-préfet Schiavone, sans aucun doute le meilleur personnage de flic italien du moment, mais visiblement tous les comptes ne sont pas soldés et Schiavone se retrouve même la cible d'un assassin ...
[...] J’ai l’impression que l’histoire n’est pas terminée. Ça ne tourne pas rond.
Malheureusement, l'intrigue semble avoir bien du mal à se relancer, comme si Manzini hésitait entre terminer la suite de l'épisode précédent et ouvrir une nouvelle enquête.
Le lecteur ne sait plus trop où focaliser son attention et c'est assurément le moins réussi de la série, qui rappelons-le encore, mérite un gros coup de cœur pour les autres volumes.
[...] — Je suis certain que quelque chose m’échappe. 
— La nuit porte conseil. Demain, tu auras les idées plus claires.

Pour celles et ceux qui aiment les flics bougons.
D’autres avis sur Bibliosurf.

dimanche 16 mai 2021

Bouquin : Maudit printemps

[...] Un emmerdement de dixième degré.

Ah quel plaisir de retrouver avec Antonio Manzini, son sous-préfet Schiavone, sans aucun doute le meilleur personnage de flic italien en ce moment et peut-être même de l'Europe policière.
On avait d'ailleurs déjà épinglé des coups de cœur lors des épisodes précédents.
Toujours aussi bougon, toujours aussi furax de se retrouver muté (une sanction pour on ne sait trop quelle raison) depuis sa Rome capitale préférée dans ce trou perdu qu'est la province du Val d'Aoste, région froide et inhospitalière, peuplée de montagnards abrutis. 
Selon le calendrier le Maudit printemps devrait être déjà là, mais la météo du coin en a décidé autrement.
[...] Plusieurs mois de froid intense, de neige, de pluie et de gel qui lui avaient coûté pas moins de dix paires de Clarks, les seules chaussures qu’il utilisait.
[...] Dehors, il pleuvait encore. « Mais ça ne s’arrête plus ?
— Vous savez que l’année dernière, il a neigé en mai à Aoste ?
— Tu sais que si ça se reproduit cette année, je commets un homicide ? »
[...] Que Dieu et tous les saints maudissent cette ville, la pluie, le vent et ce putain de froid !
On comprend mieux pourquoi il a besoin de se fumer un petit joint pour démarrer sa journée ... Quel personnage !
[...] — Il est toujours comme ça ? 
— Non. Aujourd’hui, il est calme.
[...] — Et cette histoire avec le joint ? demanda-t-il à Rocco. 
— Ça me fait du bien. Ça ouvre les centres nerveux, ça me réconcilie avec une journée de merde et ça me donne la force de continuer. Ça te suffit ? 
— Oui », répondit Italo.
Pour compliquer encore les affaires du sous-préfet Schiavone, une drôle d'affaire lui tombe sur les bras, des emmerdements de classe dix selon sa classification.
[...] Le sous-préfet avait une échelle très personnelle de ce qu’il appelait les emmerdements.
[...] Au neuvième degré, les intempéries, froid neige vent tempête et grêle, les crétins, aller voter et les caries. Au dixième degré, souverain et impérial, figurait le plus bel emmerdement que la vie pouvait lui réserver : une affaire sur le râble.
Une affaire apparemment bien tordue, l'enlèvement d'une jeune fille alors même que la famille (des notables du coin) n'a pas appelé la police ...
Le sous-préfet Schiavone va devoir lutter contre le temps compté à la jeune fille séquestrée on ne sait où. Il va pouvoir compter sur ses intuitions dignes d'un Adamsberg vargassien.
[...] — À ce train-là, tu sais combien de temps on va mettre ?
— Toute la nuit s’il le faut, Antonio. Toute la nuit s’il le faut.
Pour le fun, on notera au passage ce que cet impayable sous-préfet pense du golf et du yoga pratiqués par son copain légiste :
[...] — J’en ai rien à foutre du golf. Ce n’est pas un sport.
— Comment ça, ce n’est pas un sport ? s’indigna le médecin.
— Quatre pas au milieu des champs habillé comme un clown à taper dans une balle, tu appelles ça un sport ?
— Et comment tu appellerais ça ?
— Quatre pas au milieu des champs habillé comme un clown à taper dans une balle.
[...] — Et que vas-tu faire de beau ?
— Du yoga.
— Ce truc où tu te fais des nœuds et après il faut la scientifique pour te décoincer ?
— Quand on sera vieux, que je serai agile et huilé et que tu ne pourras même pas te baisser pour ramasser tes clés, on en reparlera.
Une prose efficace et agréable, un humour sarcastique et grinçant, une intrigue solide et bien ancrée dans la région, des personnages bien dessinés que n'éclipse pas complètement l'inénarrable sous-préfet, bref une série dont chaque épisode est la garantie d'un très bon moment de lecture.
On ne va pas épingler un troisième coup de cœur ici, mais c'est toute la série que le mérite et on s'en réjouit d'avance puisqu'il y a encore plusieurs épisodes déjà parus en italien.

Pour celles et ceux qui aiment les flics bougons.
D’autres avis sur Bibliosurf.

jeudi 13 mai 2021

Bouquin : Rouge tango

[...] Patek, comme Rolex, n’a jamais pu être identifié.

À peine refermé l'épisode Bleu calypso, on enchaine avec Rouge tango, sans prendre le temps de ranger les cannes à pêche.
C'est reparti avec Charles Aubert et son héros Niels, au bord des étangs palavasiens.
Cette fois c'est l'un des amis de sa petite bande qui a disparu et l'enquête nous fera découvrir le "milieu" comme on dit, puisque nous ne sommes pas loin de Marseille et que ça s'annonce "corsé".
On aura même droit à des tueurs à gage surnommés Rolex et Patek !
L'ambiance est aussi cool et sympa que dans le premier tome et l'on retrouve avec plaisir la petite bande d'amis.
Après une première partie un peu plus pesante (ah, les états d'âme de Aubert/Niels ...), l'amourette de Niels avec sa jolie journaliste prend forme et surtout l'on découvre son Daddy, un irlandais, un traveller plus exactement, la version irish des gitans.
[...] Un vieux traveller bagarreur et hâbleur qui trimballait sa belle gueule de shooting photos en casting et une journaliste hyperactive qui mettait toujours son nez là où il ne fallait pas.
La série ne prétend pas au grand prix de littérature ni à celui du polar de l'année, mais c'est assurément la lecture idéale pour un été au bord de la mer.
Il ne nous reste plus qu'à remettre ça avec la suite : Vert samba.

Pour celles et ceux qui aiment (ou pas) la pêche.
D’autres avis sur Bibliosurf.

Bouquin : Bleu calypso

[...] Le kayak avait une dérive idéale.

La voix de l'américain William Tapply nous manque depuis sa disparition en 2009 : ses doux polars dans le Maine et sa passion pour la pêche à la mouche.
Mais voilà la relève prise par ... un frenchy bien de chez nous : Charles Aubert
Ex-directeur commercial dans les assurances il a tout plaqué pour changer de vie et s'installer entre Montpellier et Sète, au bord de l'étang des Moures où il se met à écrire et ... à réparer des montres.
Premier volume : Bleu Calypso, le nom d'un appât pour la pêche sur les étangs puisque le héros, Niels Hogan, fabrique des leurres tout comme le héros de Tapply montait des mouches.
[...] J’avais pêché le saumon en Alaska, le bonefish sur les flats de Cuba, la carangue aux Bijagos, le brochet dans les lacs du Connemara. J’avais fait d’une passion un métier et j’étais devenu fabricant de leurres.
Evidemment polar oblige, Niels va découvrir un cadavre dans son étang ... et ce ne sera pas le dernier. Un serial-killer dans les étangs palavasiens ?
[...] — Ça commence à faire du monde au fond des étangs.
Non soyons sérieux, l'histoire sera sans doute plus compliquée et plus originale que cela !
Le personnage de Niels serait un peu comme un clone de l'auteur : un "décroissant" comme il le dit lui-même, rangé des voitures (enfin presque, il roule en VW 181), il s'est réfugié au bord des étangs où il vit presque en ermite.
[...] Moi, j’étais le type qui vivait en marge de la société, ivre de liberté et de soleil, celui qui s’était débarrassé de ses chaînes.
[...] Plus proche d’un misanthrope ou d’un amoureux déçu que d’un militant altermondialiste.
[...] J’étais venu me perdre dans ce coin pour trouver le calme, me mettre à l’abri de la folie du monde, pas pour jouer les James Bond en tongs.
De fait le bouquin n'est pas exempt de maladresses et ne lésine pas sur les clichés bobo. 
Mais l'ami Aubert/Niels attire forcément toute notre sympathie : en dépit des cadavres qui s'empilent, le roman est un doux polar loin de la fureur du monde, des flics ténébreux et des serial-killer effrayants. 
On va très vite s'attacher aux rencontres de Niels (un vieux voisin cuistot, une jolie fille, un copain hacker, un capitaine de gendarmerie, ...) et l'enquête menée par cette petite bande bien sympa nous entraine dans une ambiance qui rappelle un peu le Club des Cinq de notre jeunesse !
C'est gentil, frais, sympa, "local", avec juste ce qu'il faut d'auto-dérision pour ne pas se prendre trop au sérieux.
Et, une fois le fin mot de l'histoire dévoilé, on a hâte de suivre Niels dans de nouvelles aventures, d'autant qu'une amourette s'esquisse ...
[...] Avec des filles comme elle, il fallait accepter de ne pas tout comprendre. C’était comme l’eau d’un torrent qui vous filait entre les doigts. À la fin, il ne reste souvent que quelques frissons. Dans le meilleur des cas, une fugace sensation de bonheur.
On en reparle très vite avec Rouge Tango ...

Pour celles et ceux qui aiment (ou pas) la pêche.
D’autres avis sur Bibliosurf.

mercredi 5 mai 2021

Bouquin : Le port secret

[...] Ce sont les liens du sang qui commandent le monde.

L'espagnole Maria Oruna nous propose un petit séjour sur la côte Cantabrique, à Suances, petit port près de Santander.
Un britannique (mais sa mère était espagnole) a quitté son île froide pour s'installer plus au sud. 
Lors des travaux de rénovation d'une maison familiale, la Villa Marine, on découvre le cadavre momifié d'un nouveau-né, emmuré dans une cloison.
[...] Quelque chose est resté en sommeil pendant de longues années et a ressuscité à l’occasion de la découverte du bébé à la Villa Marine.
D'autres cadavres vont venir s'ajouter et les gendarmes mèneront une enquête longue et difficile qui mettra à jour de sombres histoires de famille et le passé d'une région meurtrie par la guerre civile et le franquisme.
[...] Cela ne faisait-il pas trop de coïncidences ? Trop de cadavres en une semaine, en tout cas.
[...] Les victimes elles-mêmes, toutes reliées par un fil invisible.
[...] Quelque chose ne tourne pas rond chez les enfants de la guerre.
[...] Ce sont les liens du sang qui commandent le monde.
La prose de Maria Oruna semble parfois maladroite ou naïve, explicative, et la traduction parait un peu rude (on l'intima de partir ?).
L'enquête est un peu longuette et l'on tourne longtemps en rond autour des personnages et leurs mystères.
Les révélations rocambolesques de la fin s'accumulent sur l'un d'eux jusqu'à le rendre finalement peu crédible.
C'est un peu dommage car l'auteure a visiblement cherché à rendre l'atmosphère côtière et l'histoire tourmentée de sa région (une postface est dédiée à cet aspect).

Pour celles et ceux qui aiment l'Espagne.
D’autres avis sur Bibliosurf.

vendredi 30 avril 2021

BD : Balles perdues

[...] Tu es très jolie, tu parles trop, c'est tout.

On avait découvert le trio aux commandes de cet album avec une autre BD (excellente, elle aussi) : c'était Corps et âme en 2016.
En 2015, l'album Balles perdues était le premier de leur collaboration et l'on y retrouve donc Walter Hill, le producteur et réalisateur US, le scénariste Matz (aka Alexis Nolent) celui de la série fleuve Le tueur et Jef (aka Jean-François Martinez) aux pinceaux.
Les dessins de Jef sont superbes, de véritables aquarelles.
L'histoire de Walter Hill est digne d'un bon vieux film de gangsters, on ne s'attendait pas à autre chose et l'adaptation BD de Matz fait mouche.
Bref, le trio marquait déjà quelques très bons points avant de récidiver avec Corps et âme l'année suivante.
Pour citer une petite interview de Walter Hill à la fin de l'album, voici : de l'argent, des flingues, des femmes, des flics et des corrompus. Un tueur de sang-froid lancé sur les traces d'un amour perdu.

Pour celles et ceux qui aiment les gangsters au grand cœur.
D’autres avis sur Sens Critique.

Bouquin : Les irradiés de Beryl

[...] Irresponsabilité ou incompétence.

On se souvient avec effroi de la découverte du petit bouquin de Christophe Bataille, L'expérience, qui racontait les essais atmosphériques des bombes "Gerboises" en 1961 en Algérie à Reggane, avec des trouffions envoyés dans une tranchée, vêtus d'une légère combinaison de protection, à quelques centaines de mètres de la bombe, à côté de cages renfermant lapins et chèvres.
On remet ça avec Les irradiés de Béryl, un témoignage de plusieurs acteurs (dont principalement Louis Bulidon) de l'essai de la bombe Béryl en mai 1962 : un fiasco, une catastrophe, un Tchernobyl avant l'heure.
Louis Bulidon était l'un des appelés présents sur le site d'In-Ekker, en plein cœur du Hoggar, qui accueillait les essais souterrains français après les protestations qui suivirent les essais atmosphériques de Reggane.
Des appelés qui se trouvaient privilégiés d'échapper aux opérations de maintien de l'ordre en Algérie, des sursitaires jeunes et enthousiastes de participer à l'essor de la recherche nucléaire française, ignorants des tenants et des aboutissants et surtout des dangers auxquels ils étaient exposés.
[...] De fait, nous revendiquions un statut d'universitaires, et plus précisément de scientifiques mis à disposition de l'armée.
Le petit bouquin du deuxième classe Bulidon a été écrit tout récemment, cinquante ans après les faits : il évite heureusement le ton trop polémique ou revendicatif et se contente d'exposer les faits de manière précise et rigoureuse (la maman de Louis Bulidon avait conservé ses lettres de l'époque, ce qui permet de retrouver un peu de la naïveté d'alors).
La bombe Béryl du 1er mai 1962 sera une cata : la montagne où elle était enfouie n'a pas résisté et un énorme nuage radioactif s'en est échappé, irradiant toute la zone, militaires et indigènes, jusqu'au Niger. Lorsque le nuage est apparu, ce fut la débandade parmi les officiels et les ministres (Messmer, encore lui, était présent).
[...] Munis de seaux d'eau, de brosses et de lessive [...] ils se livrèrent à un spectacle ahurissant. Totalement indifférents à ma présence, ils se débarrassèrent de leurs vêtements et, nus comme des cochons de ferme prêts pour la saignée,  ils se roulèrent comme des fous furieux, chacun dans son banc de sable, tout en maniant les brosses du laboratoire pour se frotter tout le corps.
[...] Pour ma part, je n'irai pas jusqu'à affirmer que nous aurions servi de cobayes à In-Ekker, mais j'estime que l'Armée ne peut échapper au soupçon d'irresponsabilité ou d'incompétence.
Les deux mon capitaine ?
Pour celles et ceux qui aiment un peu savoir.
L'avis du Monde.